L’Usap encore à l’imparfait

  • L’Usap encore à l’imparfait
    L’Usap encore à l’imparfait Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Malgré une nette victoire, les catalans pointent toujours certaines imperfections, comme une entame de match mal maîtrisée. A un mois de sa demi-finale, l'USAP cherche la perfection. 

Et de dix ! Les Catalans ont signé jeudi un dixième match sans défaite, venant égaler le record de la plus longue invincibilité de l’histoire du club catalan lors de la saison 2007-2008, en Top 14 à l’époque. L’élite du rugby français qui est d’ailleurs dans tous les esprits du côté d’Aimé-Giral. Mathématiquement qualifiée pour les demi-finales au soir de la 27e journée, à Béziers, l’Usap entame le sprint final sans pression mais non sans concentration et objectifs. La première place, tout d’abord, qui viendrait marquer les esprits à l’aube du dernier carré. Comme il y a trois ans. Et puis, surtout, s’offrir une préparation optimale en vue de ces prochains matchs éliminatoires et tout aussi décisifs pour l’avenir du club sang et or. Après avoir opéré un large turnover dans l’Hérault, le staff avait concocté une composition d’équipe un peu plus classique, contre Nevers. L’occasion de répéter les gammes face à l’une des formations ambitieuses du Pro D2.

Encore une entame manquée

Mais dès la première minute, l’Usap est retombée dans un vieux travers en passant à côté de son début de match. Un mal récurrent cette saison. « Ça fait quelques fois où l’on rate l’entame », souligne d’emblée l’ouvreur argentin Patricio Fernandez. Sur les vingt-huit journées disputées, le club catalan a encaissé les premiers points de la rencontre à dix-huit reprises. Une faille qui agace les hommes forts du vestiaire, à quelques semaines de la demie. « Ce qui serait souhaitable, c’est que ce ne soit pas une marque de fabrique jusqu’à la fin de la saison. Plus les matchs vont devenir serrés et plus il faudra jouer quatre-vingts minutes », alerte Gérald Bastide. « Il faut garder cette capacité à réagir mais il faut surtout s’améliorer sur les débuts de match. En phases finales, on risque d’avoir quelques mauvaises surprises. C’est vraiment le gros travail à faire », insiste l’entraîneur de la défense de la technique individuelle.

On ne peut plus perfectionnistes, les Catalans passent plus de temps à souligner leurs défauts que leurs points forts après match. Mais que les supporteurs se rassurent, Perpignan continue bel et bien de monter en puissance. Hormis un manque de maîtrise en début de match, l’Usap reste très solide. Sa capacité à élever son niveau sur la durée met à mal chacun de ses adversaires, semaine après semaine. Derrière une conquête a priori retrouvée, des avants toujours aussi durs au mal sur les impacts et une profondeur de banc rare, les hommes de Patrick Arlettaz asphyxient leurs adversaires. Nevers en a fait les frais, en subissant tout au long de la seconde période et en encaissant un cinglant 23-3 au retour des vestiaires. Malgré tout, l’Usap signe une nouvelle victoire bonifiée et parfait sa préparation. L’ogre catalan ne manque pas d’appétit.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Emilien Vicens
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?