Pau de chagrin

  • Les coups d’éclair du centre Tumua Manu n’auront pas suffi pour les Palois.
    Les coups d’éclair du centre Tumua Manu n’auront pas suffi pour les Palois. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Faiblards en défense, globalement peu concernés, les Palois n’ont pas donné l’impression de jouer leur survie, à Paris. Quelle chienlit…

On ne sait que penser de cette équipe paloise. Séduisante, spectaculaire, elle sait évidemment l’être par instants : alors, lorsque le deuxième ligne australien Matt Philip secoue la défense adverse, lorsque le trois-quarts centre Tumua Manu accélère dans la ligne ou que Baptiste Pesenti déblaye un ruck avec l’à-propos qui est généralement le sien, la Section a tous les atours d’une robuste machine, une belle tête de vainqueur et, globalement, de quoi rendre fier le plus gros sponsor (5 millions d’euros par an) du Top 14. Las, il y a aussi la Section qui disjoncte, commet un nombre incalculable de fautes, lâche les armes sans raison valable, rate un tiers de ses plaquages (28 % de plaquages manqués, samedi soir…), agace le volubile Alexandre Ruiz et, in fine, fait penser à ses plus ardents supporters comme aux observateurs de passage que cette place de barragiste lui sied plutôt bien.


Piqueronies, attendu comme le Messie


Les Palois jouaient-ils vraiment leur survie à Paris ? On en vient à en douter et nous ne sommes visiblement pas les seuls, tant Quentin Lespiaucq-Brettes ou Thomas Domingo ne laissèrent la moindre place à l’équivoque, samedi soir. « Je ne vais pas me foutre à chialer, disait le capitaine béarnais. Nous avons regardé les Parisiens jouer une bonne partie du match ; nous avons pris une leçon. » L’entraîneur des avants palois allait plus loin : « Plus les jours passent, plus on se rapproche de la crise. Et en proposant des matchs comme aujourd’hui, nous sommes très loin d’en sortir. […] Le Top 14 n’est pas le monde des Bisounours : à Paris, certains comportements n’ont pas été à la hauteur de nos espérances. J’attends une remise en cause des mecs qui n’ont pas été au niveau contre le Stade français. »
Pour tout un tas de raisons, sportives comme extra-sportives (lire en page 26), il y a fort à croire que la Section jouera toujours en Top 14, l’an prochain. Et à ce sujet, on saura très vite si le recrutement de Sébastien Piqueronnies est un coup de maître ou un coup d’épée dans l’eau : l’homme, ouvert, intelligent et ultra-compétent, eut des résultats éloquents avec les Bleuets ; il devra néanmoins apprendre au plus vite à gérer les (gros) egos de quarante bonshommes de plus de 20 ans passant l’essentiel de leurs journées ensemble. Ce n’est pas toujours simple. Pour avoir fait le chemin inverse avec une certaine réussite, Fabien Galthié le sait d’ailleurs mieux que quiconque…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?