Pour « Oyo », le compte est bon

  • Benjamin GELEDAN of Oyonnax Rugby  celebrates the victory with Vakhtangi AKHOBADZE of Biarritz Olympique PB Theo MILLET of Oyonnax Rugby Yohan LE BOURHIS of Oyonnax Rugby and Rory GRICE of Oyonnax Rugby  during the Pro D2 match between Biarritz and Oyonnax at Parc des Sports Aguilera on March 12, 2021 in Biarritz, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Parc des Sports d'Aguilera - Biarritz (France)
    Benjamin GELEDAN of Oyonnax Rugby celebrates the victory with Vakhtangi AKHOBADZE of Biarritz Olympique PB Theo MILLET of Oyonnax Rugby Yohan LE BOURHIS of Oyonnax Rugby and Rory GRICE of Oyonnax Rugby during the Pro D2 match between Biarritz and Oyonnax at Parc des Sports Aguilera on March 12, 2021 in Biarritz, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Parc des Sports d'Aguilera - Biarritz (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En renversant la situation sur un dernier ballon arraché aux Montois, les Oyomen ont décroché les quatre points qui valident leur qualification.

Et dire que les Montois, en tête à la marque à deux minutes de la sirène, auraient pu s’imposer et valider leur maintien. « À ce moment-là, je ne voyais pas comment nous pouvions nous en sortir » avoue Thierry Emin, le président du club de l’Ain. Le paradoxe ne tient pas au renversement de situation mais au fait qu’après près de quarante minutes de vaine domination, une action a suffi à Oyonnax pour se remettre dans le bon sens. « Nous avons eu du mal dans les zones de marque. C’est une victoire à l’arraché, on en a un peu l’habitude cette saison. Nous avons des difficultés à domicile où le scénario a eu tendance à se répéter, mais nous avons cru en nous jusqu’au bout » convient Lionel Beauxis. 

Avec les quatre points de cette victoire, le compte est bon. Oyonnax a gagné son billet pour la phase finale. « C’était notre objectif minimal. Il est atteint. Maintenant on va se focaliser sur la suite, les matchs de phase finale sont différents de ceux de la phase régulière » poursuit l’ouvreur oyonnaxien.

Joe El Abd savoure lui aussi, avec un soulagement certain, cette victoire et la qualification, sans oublier de souligner le caractère de son équipe capable de retrouver sur un ultime ballon arraché dans son camp le pragmatisme et l’efficacité jusqu’alors absents de son registre : « C’est ça le rugby. Ces ballons sont les meilleurs à jouer. Durant la première période, il y a eu des attitudes qui ne m’ont pas plu. Après 25 minutes de jeu j’ai hésité à faire des changements. Je l’ai dit aux joueurs à la mi-temps. On ne vise pas la perfection, on cherche simplement à apprendre et à s’améliorer. Sur ce match nous avons appris qu’un dernier ballon peut être décisif. Il nous reste encore deux rendez-vous pour continuer à construire et à préparer la suite. »

« Nous allons vers un autre championnat »

Cette suite s’écrira dans moins d’un mois, lors d’un match de barrage. Revenu à hauteur de Colomiers, Oyonnax peut encore envisager le disputer à Mathon. Joe El Abd ne s’enflamme pas : « Depuis le début de la saison nous avons clairement dit que notre ambition était de disputer cette phase finale. Nous avons atteint cet objectif, pour le reste on prendra ce qui viendra. Nous allons vers un autre championnat. Le contexte sera différent. Ce qui importera sera de réaliser de grosses performances pour aller le plus loin possible. » Le voyage à Vannes, la réception de Valence-Romans, au programme des Oyomen avant les matchs couperet, pourront être abordés avec moins de pression, d’autant que l’ultime action du duel avec Mont-de-Marsan aura convaincu le groupe de sa capacité à renverser un match. Grâce à elle, le compte est bon.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre Dunand
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?