L'enseignement du week end : Bordeaux-Bègles, perdant sans jouer

  • Suite aux résultats des matchs en retard en Top 14 ce week-end, les Girondins ont été éjectés du wagon des qualifiables. Photo M. O. - Patrick Derewiany
    Suite aux résultats des matchs en retard en Top 14 ce week-end, les Girondins ont été éjectés du wagon des qualifiables. Photo M. O. - Patrick Derewiany MIDOL - Patrick Derewiany
Publié le

Occupé et battu sur le front européen, l’UBB a également perdu gros (sans jouer) en Top 14, ce week-end, où tous les résultats lui ont été défavorables.

Jusqu’au bout, le calendrier bancal lié aux multiples reports laissera la porte ouverte à beaucoup de scénarios, dans ce Top 14 où les écarts se resserrent à tous les étages. Un constat toutefois : le plus palpitant des bras de fer se joue dans la course à la sixième place. Devant, l’affaire se décante avec Toulouse et La Rochelle qui filent directement en demi-finale ; au fond, Agen est condamné depuis belle lurette et le duel Pau-Bayonne devrait encore durer, pour savoir qui en passera par un barrage de maintien.

La course aux qualifications, donc, concerne désormais six clubs puisqu’on exclura désormais Clermont, au calendrier certes copieux (Racing, Toulon, Toulouse, La Rochelle) mais dont les 8points d’avance sur le premier non-qualifié semblent être un avantage rédhibitoire. Ensuite ? Le week-end de matchs en retard a permis à Castres et Paris, tous les deux vainqueurs à l’extérieur, de se replacer pour toujours espérer une qualification ; Lyon reste accroché à sa sixième quand Toulon, sans briller face à Agen, s’installe à la cinquième place avec encore un match en retard (à Montpellier). Le grand perdant, dès lors, se nomme Bordeaux-Bègles.

1 ou 2 matchs à jouer en semaine

La première défaite des Girondins se situe évidemment sur le terrain où, samedi, ils ont été éliminés par le Stade toulousain pour la première demi-finale de Coupe d’Europe de leur histoire (21-9).

Du côté du Top 14, les résultats du week-end leur ont été clairement défavorables et l’UBB s’est trouvée éjectée du wagon des six qualifiables, pointant désormais à la huitième place, a égalité avec le Stade français. Si la situation n’a encore rien d’alarmante (3 points de retard sur la sixième place), c’est que les Girondins comptent dans le même temps deux matchs en retard. Problème : au moins l’un d’entre eux devra se jouer en semaine. Celui face à Montpellier, le MHR étant désormais qualifié en finale de Challenge Cup et donc indisponible le week-end du 22 mai pour un éventuel rattrapage. Autre contretemps de ce week-end de cauchemar. Voilà donc une difficulté supplémentaire, avec trois matchs en huit jours qui se profilent. Y en aura-t-il deux ? À date, l’autre rencontre en retard, face à Agen, a déjà été positionnée au mardi 11mai.

À voir si la LNR choisit de modifier cette programmation. En attendant, l’UBB va se lancer avec pas mal d’incertitudes et de pression dans un sprint final où les obstacles s’annoncent nombreux. D’autant que leur programme est copieux : Agen et Montpellier en retard, mais aussi des confrontations avec Castres, Toulon et Toulouse pour finir. Dur, pour un club qui caracolait en tête du Top 14 il y a un an, avoir de voir son bel élan stoppé par la crise de la Covid-19.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?