Vincent Etcheto décortique Bayonne-UBB, ses deux anciens clubs

  • Vincent Etcheto en 2017 entraîneur  de l’Aviron bayonnais. Photo Icon Sport
    Vincent Etcheto en 2017 entraîneur de l’Aviron bayonnais. Photo Icon Sport
Publié le

Après avoir passé les dix dernières années sur les bancs de Bordeaux (2009-2015), puis de Bayonne (2015-2019), Vincent Etcheto est aujourd’hui en poste du côté de Soyaux-Angoulême, en Pro D2. il livre son point de vue sur ce match, entre ses deux anciens clubs.

En s’inclinant jeudi dernier face à Castres, Bayonne a encore raté une belle occasion de distancer son voisin palois, et à quatre journées de la fin de la phase régulière, la lutte pour le maintien s’annonce plus qu’indécise. S’il n’est pas encore l’heure de sortir les calculatrices, on peut déjà affirmer que l’Aviron n’a plus d’autre choix que de gagner, ce week-end, s’il veut encore croire à un maintien sans passer par la case barrages.

Le problème ? C’est qu’un nouveau gros morceau arrive sur la pelouse de Dauger. Bordeaux-Bègles, demi-finaliste de Coupe d’Europe, qui sera revanchard et qui va chercher à prendre des points dans la course au top 6. "C’est un rendez-vous déjà primordial", pose d’entrée Vincent Etcheto, qui connaît bien ces clubs pour les avoir entraînés au cours de la dernière décennie.

La lutte aérienne, avec Jalibert à surveiller

Pour le technicien, les deux équipes vont se livrer un duel intéressant au niveau de la lutte aérienne. Un domaine où Bordeaux a embêté Toulouse le week-end passé, alors que Bayonne en a fait de même face à Castres, avec plusieurs ballons contrés. "Je connais le travail que font Joël Rey et Antoine Battut dans ce secteur. Il y a de l’innovation, de la recherche, ils sont bons. Ça va être un beau duel. Si Ducat et Roumat s’affrontent, ça va être intéressant à voir, car ces joueurs ont des qualités athlétiques, une capacité à sauter, à choisir les bonnes zones", détaille l’ancien ouvreur.

Au sujet des hommes qui pourraient avoir un rôle à jouer, Etcheto cite logiquement Matthieu Jalibert "qui plane, qui est au-dessus du niveau actuellement" et qui avait d’ailleurs fait mal aux Bayonnais à l’aller (un essai, quatorze points inscrits). Le manager de Soyaux-Angoulême poursuit : "Je ne sais pas si ça va être une opposition de styles, mais ce sera peut-être la possession bordelaise contre la capacité à contrer bayonnaise, avec des joueurs comme Aymeric Luc. Au niveau du jeu, l’UBB est plus complète, ses individualités sont plus fortes. Bayonne essaye de jouer, mais est limité dans ses arguments offensifs. Il faudra donc que les Basques soient très bons en défense, en conquête et autour des rucks. Jean Monribot ne sera pas là, donc ce sera un peu plus difficile d’aller gagner ces espaces-là autour de la ligne davantage, mais la qualité au pied de l’ouvreur qui sera aligné doit leur permettre de jouer un peu dans le camp adverse."

"Je serai supporter de l’Aviron"

Samedi, dans son canapé, Vincent Etcheto regardera le match d’un œil attentif. Le stratège a vécu de beaux moments à Bordeaux ou Bayonne, il garde encore des contacts à Chaban et Dauger. "Il y a beaucoup de joueurs que j’ai fait venir ou que j’ai entraînés. Je connais des membres du staff, je sais comment ils abordent les matchs, je vais donc suivre cette rencontre avec intérêt. Après, je vous avoue que je suis détaché. Ce n’est plus mon aventure. Quand je regarde les matchs, je suis relax. Il pourrait y avoir des fois un peu d’aigreur. Je l’ai eue à une époque, mais ça ne dure que trois ou quatre mois. Généralement, je passe à autre chose assez rapidement, donc je vais regarder ça avec plaisir."

À l’heure de se mouiller, il conclut : "Ce serait bien que Bordeaux se qualifie, car ils courent après ça. Je trouverais vraiment dommage que l’Aviron descende. Sportivement, je pense que l’UBB a un peu d’avance, mais le pronostic du cœur va à Bayonne. Je serai supporter de l’Aviron samedi. Bordeaux ira chercher ailleurs sa qualification, alors que si Bayonne perd, ça va les mettre sous pression."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?