Bayonne veut soigner ses sorties de camp

  • Bayonne veut soigner ses sorties de camp Bayonne veut soigner ses sorties de camp
    Bayonne veut soigner ses sorties de camp Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Si Toulouse et Bayonne ne boxent pas dans la même catégorie, les Basques veulent s’accrocher à Ernest-Wallon et travailler sur des points précis afin de mieux préparer la suite.

Redevenu barragiste après sa défaite contre l’UBB, Bayonne n’a plus que trois matchs pour se sortir de cette inconfortable treizième place : des déplacements à Toulouse et Montpellier puis une réception de Paris. De toute évidence, le premier de ces trois rendez-vous semble être le plus périlleux et légitimement, on se demande avec quelles ambitions les Basques vont-ils débarquer chez l’ogre toulousain. « On va faire face avec nos armes et notre détermination pour résister à leur armada. On a la volonté de rester dans le score le plus longtemps possible, répond Rémy Ladauge. Le Stade toulousain et La Rochelle sont les deux équipes qui mettent le niveau de pression le plus important sur la ligne d’avantage. L’objectif sera donc de tenir et de résister dans cette ligne de front, puis d’arriver à faire quelque temps de jeu. »

« Réduire au maximum les incertitudes sur les mouvements »

Aussi, les Bayonnais souhaiteront travailler sur les points qui leur ont fait défaut ces dernières semaines, et notamment les sorties de camp. « On passe du temps sur ce secteur en ce moment, détaille l’entraîneur. Sur les matchs couperets qui nous attendent, on ne pourra pas se permettre de donner autant de points que ce qu’on fait en ce moment. » Cette semaine, les Bleu et Blanc se sont particulièrement penchés sur ce domaine. D’abord sur le papier, avant de mettre le tout en application sur le terrain. « On essaye de réduire au maximum les incertitudes sur les mouvements, poursuit le technicien. Il faut que les joueurs sachent exactement sur qui ils peuvent compter pour réaliser le ou les trois temps de jeu qui vont suivre la réception du coup d’envoi. Qui peut potentiellement prendre le ballon dans le cas de figure d’un jeu à la main ? Qui va monter sur un jeu au pied ? Il y a une partie stratégique où on veut avoir la réalisation la plus précise possible. Après, on répète ce qu’on a imaginé. Par exemple, mardi, on a fait sept ou huit réceptions de coups d’envoi, pour aucun lancement. » Et samedi, ils tenteront de le mettre en application contre Toulouse…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?