Grande frayeur pour Colomiers, contaminé à une semaine de son barrage

  • Les Columérins de Fabien Berneau et Julien Sarraute effectueront de nouveaux tests ce samedi pour savoir s’ils peuvent disputer le barrage. Photo S. B.
    Les Columérins de Fabien Berneau et Julien Sarraute effectueront de nouveaux tests ce samedi pour savoir s’ils peuvent disputer le barrage. Photo S. B.
Publié le , mis à jour

Contraints de voir leur match à Mont-de-Marsan annulé en raison de plusieurs cas de covid dans leurs rangs, les Haut-Garonnais sont soumis à des facteurs qu’ils ne peuvent maîtriser. Très facheux dans l’optique des phases finales.

Cela ne pouvait pas tomber plus mal pour les Columérins. L’apparition de plusieurs cas positifs dans l’effectif haut-garonnais comme cela a été révélé sur Rugbyrama mardi en fin d’après-midi est de nature à jeter un grand froid sur cette fin de saison qui s’annonce excitante et à l’enjeu sportif bien réel pour une équipe qualifiée pour les phases finales. Et qui avant de prendre la direction d’un barrage, vraisemblablement à l’extérieur, s’apprêtait dans un premier temps à prendre la route des Landes pour aller y défier Mont-de-Marsan. Un déplacement vu comme une belle opportunité pour un groupe et une équipe en quête de rachat après deux dernières prestations décevantes, qui auront passablement agacé et énervé l’entraîneur principal Julien Sarraute. Las, cette dernière confrontation de saison régulière a clairement pris du plomb dans l’aile dès lundi avec donc la découverte de six cas positifs, testés samedi matin, au lendemain du match contre Aurillac et qui font suite à un premier cas découvert et mis à l’isolement dès le lundi 3 mai. Prévenu dimanche soir par les autorités sanitaires, le staff columérin a dû s’adapter rapidement et suivre méticuleusement les consignes données et le protocole sanitaire strict exigé par la commission médicale de la Ligue Nationale de Rugby (LNR), en concertation avec la commission médicale du club à la colombe. Lundi et mardi n’ont donc pu s’entraîner sur les installations de Michel-Bendichou que 14 éléments du groupe professionnel qui sont immuno-covid (c’est-à-dire ont déjà contracté le virus, et ont des anticorps encore suffisants), quand le reste de l’effectif a lui été placé à l’isolement total pour une durée d’une semaine. Une chape de plomb s’est donc abattue sur le cinquième du championnat, soumis au paramètre Covid qu’il ne maîtrise pas et qui a donc déjà entraîné mardi en fin de journée l’annulation de la rencontre à Mont-de-Marsan — la première rencontre annulée de la saison — décidée par la LNR et entraînant la mise en place d’un système de péréquation, garantissant sur la journée 1,64 point aux Columérins. Comme un rappel mais aussi une épée de Damoclès, ce sont bel et bien les tests PCR et leurs résultats attenants qui vont clairement dicter la possibilité de participation aux phases finales.

Pas de nouveaux cas mercredi

Dans ce sens, une première bonne nouvelle est venue mercredi soir de la deuxième salve de tests PCR faite le matin même. Aucun nouveau cas positif n’était à déplorer, bloquant le compteur à 8 — pour la plupart asymptomatiques, avec quelques cas faiblement symptomatiques selon nos informations.

Dans l’attente des résultats après la troisième batterie de tests qui seront effectués ce samedi, cela a de quoi nourrir des espérances. Dans l’état-major columérin, si le coup de massue a évidemment été dur à encaisser dans un premier temps, on refuse pourtant de se complaire dans tout fatalisme, comme l’a confié Julien Sarraute à nos confrères de La Dépêche du Midi : "Nous avons des éléments compliqués en ce moment, mais je n’ai pas envie de baisser la tête." Refusant toute idée de forfait, qui n’effleure même pas l’esprit de l’entraîneur principal. "Nous avons une situation à gérer et je suis tourné vers ce barrage. C’est ce qui m’intéresse. Il me tarde de connaître les paramètres sur lesquels nous allons pouvoir construire avec Fabien Berneau (entraîneur des avants), tout en essayant de se préparer du mieux possible." Même son de cloche chez le président Alain Carré qui par voie de communiqué a rappelé "la grande frustration par rapport aux efforts et à l’investissement fournis par tous les salariés du club. Ce ne sont pas des conditions idéales pour préparer une rencontre aussi importante, mais nous devons nous adapter. Nous allons réagir, et nous espérons que le plus dur est derrière nous. Présenter une équipe compétitive lors des barrages est aujourd’hui notre objectif."

De par son exercice actuel, sans oublier le précédent (arrêté alors qu’ils étaient premiers) Colomiers le mériterait. Et pas qu’un peu.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?