Le CO doit résister à l’intensité

  • Tom Staniforth, ici servi par Santiago Arata, sera un des fers de lance des Castrais face à l’UBB, dans un match que les Tarnais aborderont sans pression. Photo Icon Sport
    Tom Staniforth, ici servi par Santiago Arata, sera un des fers de lance des Castrais face à l’UBB, dans un match que les Tarnais aborderont sans pression. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Tarnais se déplaceront sur la pelouse de Bordeaux-Bègles sans trop de pression, avec la volonté de se tester contre une équipe de très haut niveau.

Le CO garde les pieds sur terre. Pas question pour les Tarnais de se griser ou d’être tétanisés par l’enjeu et l’excitation naissante que procure ce printemps qui pourrait finalement être primé après un hiver passé dans les profondeurs du classement.

Pierre-Henry Broncan, entraîneur en chef du CO, dédramatise cette rencontre et son contexte bouillonnant au moment où les deux équipes se retrouvent aux portes de la qualification : « Bordeaux-Bègles est une immense équipe de notre championnat. Ils sortent d’une demi-finale européenne, et n’oublions surtout pas qu’ils étaient premiers du championnat la saison dernière, au moment où l’épidémie a stoppé la compétition. Pour nous, ce genre de match est forcément enrichissant. Il y a une forme de pression, mais c’est une pression très positive. Franchement, c’est magnifique d’être revenus dans la course alors que nous étions au fond du gouffre deux mois plus tôt. »

Les Castrais ont appris une chose au cours de leur incroyable remontée. Ils savent bien que rien ne sera fini, quoi qu’il arrive samedi.

« PHB » : « Il restera deux matchs »

Il restera encore deux matchs et dix points sur le tapis pour espérer encore. « Le match face à Bordeaux-Bègles ne marque pas la fin de la compétition. Quel que soit le résultat, rien ne sera gagné ou, au contraire, compromis. Nous aurons encore deux matchs à négocier avant de tirer un trait définitif sur la phase régulière. On sait qu’il peut se passer beaucoup de choses, notamment en cette période de pandémie. Les reports de matchs faussent un peu la compétition, avec des équipes qui sont forcées de faire beaucoup tourner leurs effectifs. » La clé du match pour tenter un coup à Bordeaux-Bègles, alors ? Elle résidera sans doute dans la capacité de l’équipe castraise à répondre à la vitesse et à la densité mises par ses adversaires. « PHB » corrobore : « Il faudra être capables de résister à l’intensité du match. Bordeaux-Bègles est une équipe en forme, qui a joué récemment des matchs de très haut niveau dont une demi-finale de Champions Cup. On sait que contre de telles équipes, la clé du match se trouve là, dans notre capacité à contrer ce rythme. »

On imagine alors que les Tarnais vont livrer une bataille de tous les instants dans les phases de jeu au sol, là où leurs joueurs gratteurs n’ont pas leur pareil pour ralentir le jeu de l’adversaire. Les Tarnais devraient faire confiance à leur équipe type pour cette rencontre, sans trop se soucier du déplacement à Brive ni de la réception de Toulon qui conclura la saison, d’autant plus que les joueurs pourront profiter d’une dernière semaine de repos après cette rencontre à Bordeaux-Bègles. Le staff devrait donc aligner l’habituelle ligne de trois-quarts, avec Julien Dumora à l’arrière, Geoffrey Palis et Filipo Nakosi aux ailes, ainsi que la paire Thomas Combezou-Vilimoni Botitu au centre. Anthony Jelonch et le capitaine Mathieu Babillot devraient se poser en chef de file de la guerre des rucks. Tom Staniforth et ses qualités de plaqueur et de porteur de balle seront aussi de la partie. Le CO revient de trop loin pour calculer. C’est à la fin du bal que l’on paye les musiciens !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?