Le FCG refuse les calculs

  • Après leur victoire face à Vannes, les Grenoblois enchaînent leur troisième match en huit jours à Montauban. Photo Jacques Robert
    Après leur victoire face à Vannes, les Grenoblois enchaînent leur troisième match en huit jours à Montauban. Photo Jacques Robert
Publié le , mis à jour

Alors que certains observateurs estiment que le FCG aurait tout intérêt à "balancer" ce dernier match de la phase régulière à Montauban, les Isérois ne l’entendent surtout pas de cette oreille, qui voudront jouer jusqu’au bout leurs chances de disputer leur barrage à domicile.

Calculer, ou ne pas calculer ? Là réside toute la question pour le FCG avant ce dernier match de la phase régulière, sachant que si les Isérois ne maîtrisent évidemment pas leur destin, ils disposent néanmoins d’une information de taille. On veut bien sûr parler du résultat de Colomiers, qui obtiendra au jeu de la péréquation 1,64 point de son "déplacement" annulé à Mont-de-Marsan… En clair ? Si les Grenoblois ne sont pas certains de pouvoir disputer leur match de barrage à domicile en allant chercher une victoire à Sapiac (la quatrième place étant suspendue au résultat d’Oyonnax contre Valence-Romans), ces derniers seraient certains de terminer sixièmes en perdant avec 0 point dans la cuvette de Sapiac. Ce qui ne serait pas une si mauvaise affaire à en écouter certains, puisque ce classement permettrait d’éviter un derby risqué en barrage face à des Oyomen en pleine forme, tout en évitant l’épouvantail catalan dans la perspective d’une éventuelle demi-finale. Des comptes d’apothicaires, vous dites ? C’est en tout cas bien le point de vue des Grenoblois, qui ont délibérément choisi de ne pas se poser de question… "On aurait peut-être réfléchi différemment si nous avions été dans une autre situation, réfléchissait l’entraîneur en chef Stéphane Glas. Mais le fait que nous soyons assurés de notre qualification depuis la réception de Carcassonne nous a permis de gérer au mieux notre effectif face à Vannes et Montauban, dans l’objectif que tout le monde revienne lundi prochain à l’entraînement avec le plein de fraîcheur pour bien préparer notre match de barrage. Dans cette mesure, on n’est pas du tout dans l’optique de faire des calculs qui ne nous ressemblent pas."

Bégon : "On a encore des forces vives"

Cela d’autant que trois petits jours après la réception de Vannes, le FCG n’a pas vraiment eu le temps de réfléchir… "Trois matchs en huit jours, c’est toujours très compliqué, quels que soient les équipes et les effectifs, pointait l’entraîneur des avants Sylvain Bégon. Il y a des garçons pour qui cela commence à être dur, alors on va nécessairement faire tourner, et essayer malgré tout de faire un bon match à Montauban." Une occasion en or de relancer quelques garçons méritants ainsi que d’offrir du temps de jeu aux joueurs récemment touchés par la Covid, afin de retrouver un peu de rythme en vue du barrage. "On a encore des forces vives et des garçons qui ont envie de rentrer dans le groupe, confirmait Bégon. Je pense à un jeune joueur comme Arthur Christienne, qui a fait un match formidable pour sa première contre Vannes. On en a d’autres qui ont les dents qui rayent par terre, alors je peux vous assurer que nous aurons une équipe compétitive vendredi soir. S’il y a une victoire, ce sera très bien et quel que soit le résultat, on verra quelle est notre place à la fin." Un discours aussi pragmatique qu’ambitieux car à le voir ainsi se refuser à calculer, on pourrait facilement en déduire que ce FCG n’a envie de craindre personne…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?