Le Racing veut maîtriser l’ébullition

  • Le Racing veut maîtriser l’ébullition
    Le Racing veut maîtriser l’ébullition Abaca / Icon Sport - Abaca / Icon Sport
Publié le

La qualité de la prestation livrée contre l’ASM a valorisé l’entrée de Gaël Fickou. Le Racing est redevenu à la mode, et son manager veut dégonfler la bulle

Il aura donc suffi d’un seul match convaincant, d’une petite maestria de cette ligne de trois-quarts devenue l’attraction de cette fin de saison, pour que le Racing retrouve dans ce seul souffle d’un soir, sa dimension énorme. Ces Auvergnats de la Coupe d’Europe marchant sur les Auvergnats du Top 14, l’opération « intègre Gaël Fickou » a tourné à une forme de promesse presque trop frappante. Que cela marche si bien et si vite ? Il y a un mois encore, le Racing 92 perdait Camille Chat tout en déplorant son élimination européenne. Il y a une semaine à peine, il avait ajouté à une défaite contre le Stade toulousain celle de son derby francilien vendangé à domicile. L’équipe tanguait fortement sans son capitaine Henry Chavancy à la barre. Et il a suffi d’un Fickou, d’un élan impulsé par le corps dirigeant allant dénicher cette opportunité, pour que la communication de cette venue et les promesses qu’elle a tenues, effacent tout ce que les dernières défaites avaient révélé : les difficultés du Racing 92 à imposer son jeu comme il en avait pris l’habitude.

« Besoin de tout le monde »

De la même manière que cette association avait réveillé l’équipe de France lors du dernier mondial, la paire de centres Fickou-Vakatawa entourée de l’imprévisible Finn Russell, de Beale, de Thomas et consorts, a dégagé pendant un soir, une énergie communicative au dernier degré. Elle a généré une forte excitation. « Calmons-nous », dit Laurent Travers, qui compte toujours sa dizaine de blessés, et doit préparer une nouvelle fin de saison. Tout le monde veut en être, bien entendu, et à trois rencontres de la fin de la phase régulière, sa gestion de l’effectif est devenue une donnée fondamentale. La nécessité que chacun reste concerné, tire dans le même sens, et que la vision du collectif ne dépasse pas l’objectif du lendemain, en allant imaginer à l’avance des phases finales rêveuses : la qualification directe en demi-finale est à portée de main. « Humilité, humilité, insistait Laurent Travers en début de semaine, après avoir entendu à de multiples reprises l’impression favorable laissée par sa nouvelle ligne d’attaque. Une ligne sans ballon d’attaque, cela ne sert pas à grand-chose. La nécessité de rendre notre paquet d’avants le plus conquérant possible reste une priorité. Et si on regarde trop loin dans la saison, on en oublie l’essentiel. La priorité, aujourd’hui, c’est simplement d’essayer de se qualifier en intégrant tout le monde, car on aura toujours besoin de tout le monde. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?