Avec Barlot, tout va très vite

  • Gaëtan Barlot, talonneur du Castres olympique. Gaëtan Barlot, talonneur du Castres olympique.
    Gaëtan Barlot, talonneur du Castres olympique. - Laurent Frezouls
Publié le

Mercredi, Midi Olympique a également choisi de mettre en lumière Gaëtan Barlot, au travers de l’Oscar "espoir". Un talonneur atypique qui affiche une progression constante et enthousiasmante.

Après Thomas Combezou, symbole de fidélité et de travail, l’Oscar "espoir" de Gaëtan Barlot récompense une autre caractéristique du CO qui se confirme d’autant plus cette saison : un recrutement discret mais parfait. Le club a signé cette saison des joueurs venus des quatre coins du monde (Canadien, Sud-Africain, Australien) mais aussi de Pro D2, comme il sait si bien le faire. Après trois ans en passés chez les Espoir, Gaëtan Barlot est entré de plain-pied dans le professionnalisme, lui qui a toujours été entre deux eaux. "Dès le plus jeune âge, à l’ASM, je ne pensais pas devenir professionnel ; j’étais surtout là pour les copains. Quand j’ai quitté Clermont pour rejoindre les Espoirs de Colomiers, c’était surtout pour mes études." Technicien de laboratoire, il a d’ailleurs exercé à l’hôpital de Purpan à Toulouse avant de devenir joueur professionnel. Et d’un coup, le voilà qui explose avec l’équipe de Colomiers qui, rappelons-le, jouait sa survie au second niveau il y a deux saisons. Pris dans le nouvel élan de la formation haut-garonnaise, Barlot domine le championnat à seulement 22 ans.

 

Profil atypique, talon moderne

Alors, les sollicitations pleuvent, en Top 14 mais aussi à l’échelon supérieur. Le staff des Bleus convoque le jeune talonneur dès sa première saison dans l’élite pour un rassemblement à Marcoussis. "Tout va très vite en ce moment pour moi, cet Oscar valorise ma saison. C’est plaisant dedécouvrir le Top 14, de batailler pour accrocher une place dans le top 6 et d’être convoqué en Bleu…" Fabien Galthié souhaitait découvrir ce profil différent. "C’est sûr que je ne suis pas le plus costaud (1,84 m pour plus de 100 kg tout de même, N.D.L.R.). Je suis un pilier moderne qui se déplace beaucoup, un peu comme un quatrième troisième ligne. Heureusement que j’ai beaucoup d’énergie pour compenser ce déficit de poids..." Évidemment le Néo-Castrais contribue pleinement au nouveau visage des Tarnais. Un double enjeu pour lui en cette fin de saison : si malheureusement pour lui le CO ne va pas en finale, il pourrait bien avoir à se consoler avec une convocation pour la tournée des Bleus en Australie. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Baptiste Barbat.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?