Toulouse devra « assumer »

  • Toulouse devra  « assumer »
    Toulouse devra « assumer » Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Battus à domicile avant une grande échéance européenne, comme face à Montpellier il y a quelques temps, les Stadistes ont grillé leur dernier joker en top 14. 

Il n’y a parfois aucune logique. Toulouse a subi samedi son plus gros échec de la saison mais le bonus défensif, arraché dans les ultimes minutes, en a fait le premier qualifié officiel pour les phases finales. Pas de quoi redonner le sourire. «On ne retirera pas grand-chose de ce match, note Jean Bouilhou. On a voulu trop jouer au ballon et on a perdu le combat des rucks, comme face à Montpellier.» C’était la dernière défaite à domicile et, tout sauf un hasard, elle était intervenue juste avant de basculer sur le huitième de finale de Champions Cup au Munster.

Les Stadistes ont fait de cette Coupe d’Europe une ambition suprême et, entre rotations d’effectif et relâchements coupables, ont plus de mal à mener les deux parcours de front. «Au fond de l’insconscient de chacun, je m’inclus dedans, ce n’est pas simple de préparer ce double objectif, avoue l’entraîneur des avants. L’équipe manquait d’automatismes.» Ceci en l’absence d’une grande partie des cadres, ménagés en vue de la finale de Champions Cup samedi. «On avait peut-être la tête ailleurs mais ce n’est pas digne de notre statut», peste François Cros. Avec la crainte que la désillusion perturbe la préparation du sommet à venir ? «Dans le discours à la fin, on a déjà basculé, répond le flanker. Il faut vite évacuer pour se consacrer à cette finale qu’on doit vivre à fond. Ce n’est pas plus mal de vouloir bien terminer la Coupe d’Europe avant de passer pleinement sur la compétition qu’il restera à finir.»

Bouilhou confirme : «Les raisons du revers sont claires et évidentes. Maintenant, on met le championnat entre parenthèses.» Pour mieux y revenir plus tard : «Une victoire nous ouvrait grand les portes des demi-finales mais on a encore grillé un joker. C’est le dernier. On a toujours notre destin en mains et on verra ce que les joueurs ont dans le ventre. On va assumer.» Le meilleur moyen n’est-il pas d’accrocher une cinquième étoile sur le maillot toulousain ? Bouilhou ne veut définitivement pas mélanger les genres : «Je voulais dire qu’on devra assumer contre Clermont et Bordeaux-Bègles lors des deux dernières journées.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?