Sam Simmonds affole les compteurs

  • Exeter Chiefs' Sam Simmonds scores a try during the Gallagher Premiership match at the Brentford Community Stadium, London. Issue date: Tuesday May 18, 2021. 


Photo by Icon Sport - Brentford Community Stadium - Londres (Angleterre)
    Exeter Chiefs' Sam Simmonds scores a try during the Gallagher Premiership match at the Brentford Community Stadium, London. Issue date: Tuesday May 18, 2021. Photo by Icon Sport - Brentford Community Stadium - Londres (Angleterre) PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le numéro 8 d'Exeter a déjà battu le record d'essai marqué par un joueur sur une saison. Passeport pour les Lions, mais pas pour le XV de la Rose.

Le quatuor de tête du championnat anglais est désormais bien établi. Bristol et Exeter sont déjà qualifiés pour les demies, Sale et les Harlequins seront très difficiles à déloger. A vrai dire, seul Northampton a encore une chance théorique de revenir sur eux. Mais un joueur n'en finit pas de faire parler de lui. Le numéro 8 d'Exeter Sam Simmonds. Il a marqué trois essais samedi dernier sur le terrain des London Irish (victoire 31-12). Il est donc devenu le meilleur marqueur d'essais sur une saison de toute l'Histoire, avec 19 réalisations. Meilleur performance que Christian Wade en 2017 et Dominic Chapman en 1998, un ailier et un arrière. Sam Simmonds a encore au moins quatre matchs, voire cinq pour améliorer ce total, c'est quand même une sacrée performance pour un avant.

Elle a d'autant plus d'impact que Sam Simmonds est « boudé » depuis trois ans par Eddie Jones. Mais Warren Gatland a fait appel à lui pour la prochaine tournée des Lions. Un choix comme un pied de nez entre deux entraîneurs de calibre mondial, même si Gatland s'est bien gardé de toute déclaration provocatrice. On sait juste que les deux hommes se sont parlé il y a quelques semaines et que Gatland, l'ancien sélectionneur gallois, avait dit au numéro 8 anglais de ne pas se faire de tracas quant à son absence du XV de la Rose : « Il m'a dit : ne t'inquiète pas de ça, ça n'aura pas d'influence sur mon choix. Continue de bien jouer en club et on verra bien ce qui se passera. » a révélé le joueur au Daily Mail. Il faut dire que depuis la victoire de Exeter en Coupe d'Europe en octobre, situation de Sam Simmonds passionne le petit monde du rugby anglais. Le compteur du « petit » troisième ligne centre s'est arrêté à sept sélections.

La dernière en mars 2018 contre l'Irlande à Twickenham et c'est vrai, ce fut une défaite. On ne compte plus les personnalités qui se sont exprimées à son sujet, on se souvient d'un article par exemple de Stuart Barnes, l'ancien ouvreur expliquant que les deux frères Simmonds avaient même éclipsé les Vunipola. Parce que certains voudraient aussi que le frère de Sam, Joe, qui joue ouvreur, intègre aussi le groupe du XV de la Rose . Eddie Jones s'est contenté de propos sibyllins à leur sujet. On a cru comprendre qu'il reprochait à Sam de ne pas assez se consacrer aux charges défensives. On a déduit ça des propos de Ali Hepher, entraîneur adjoint d’Exeter qui ne trouve que des qualités à son joueur, évidemment. « Vitesse, explosivité, capacité à changer le cours d’un match ». Mais un de ses arguments a peut-être indiqué, en creux, ce qui lui a un temps valu cette disgrâce : « Il a en plus développé ses qualités défensives ». Pour Joe, c'est plus lié à un conservatisme propre, depuis son arrivée en janvier 2016, Eddie Jones n'a titularisé que deux ouvreurs, Owen Farrell et George Ford, déjà là avant lui, pour une fois, le vétéran Danny Cipriani. .

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?