Jean-François Fountaine : « L’impact médiatique est considérable »

  • Vincent Merling aux côtés de Jean-François Fountaine.
    Vincent Merling aux côtés de Jean-François Fountaine. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Régulièrement présent à Deflandre aux côtés du président Merling, le maire de La Rochelle ne boude pas son plaisir devant l’historique campagne réalisée par le Stade Rochelais.

En tant que maire mais aussi supporter, que ressentez-vous à l’idée de voir le Stade rochelais disputer la finale de Champions Cup ?
C’est une immense fierté. Sportivement, c’est un résultat exceptionnel. La Rochelle est un club très ancien mais qui n’avait jamais été à ce niveau-là. Mais ce n’est pas seulement une équipe qui arrive en finale, c’est une équipe qui représente des valeurs, un comportement, une modestie. L’état d’esprit est formidable. Cela montre que le travail paye. Je suis ami avec Vincent Merling de très longue date. J’ai un profond respect pour lui et ce qu’il a fait. Depuis sept ans, le club a changé de dimension.

En étant élu maire au printemps 2014, juste avant la montée du club en Top 14, vous avez d’ailleurs vécu au plus près l’ascension fulgurante du club…
Je suis un témoin mais n’y voyez pas une quelconque responsabilité de ma part, je n’y suis strictement pour rien (rires). Vincent Merling et son équipe avait préparé le projet. Évidemment, on les a accompagnés, avec notamment un changement d’échelle du stade. Il est arrivé à un standard avec sa pelouse hybride et 16 000places. Il nous reste encore beaucoup de choses à faire.

Quelle promotion pour votre ville et le territoire, cette campagne européenne !
Je regardais, pour m’amuser, la presse irlandaise. Tous les jours de la semaine qui a suivi la victoire face au Leinster, il y avait un article sur La Rochelle dans l’Irish Times de Dublin. L’impact médiatique est considérable, les matchs ont des audiences télé considérables. Le Stade rochelais est un facteur, à la fois, d’image et de retombées économiques fortes pour la ville. La Rochelle vit d’ailleurs une séquence sportive exceptionnelle. Le vainqueur du Vendée Globe, Yannick Bestaven, est rochelais. Charline Picon, championne olympique de voile, aussi.

Quelque chose de prévu, au retour des joueurs de Twickenham ?
Quel que soit le résultat, le Stade rochelais nous a demandé de ne pas construire d’évènement officiel maintenant, parce que le Top 14 continue juste derrière. Il ne faut pas oublier que la saison n’est pas finie. Un titre serait extraordinaire. Même deux (sourire).

Un pronostic, pour cette finale ?
Je ne m’y risquerai pas. J’ai plutôt le souhait que tout ce qu’a fait le Stade rochelais soit récompensé. Avec Toulouse, on va avoir du beau rugby. La Rochelle mériterait pleinement une victoire, quand on voit ce match contre le Leinster.

 

Propos recueillis par Romain ASSELIN

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?