Lundi décisif pour le maintien de la tournée en Australie

  • Fabien Galthié (France).
    Fabien Galthié (France).
Publié le , mis à jour

Et pour la quatrième fois depuis le début de la pandémie, les cinq millions d’habitants de Melbourne se sont de nouveau confinés jusqu’à ce mercredi, depuis la découverte de nouveaux foyers du variant indien de la Covid-19. Une mesure qui peut sembler disproportionnée de ce côté-ci de la planète, mais qu’aucun ne remet véritablement en question sur l’île-Continent, où il est même question de prison ferme pour tout ressortissant australien s’avisant d’effectuer le voyage depuis l’Inde. Autant dire qu’en matière de fermeté, le gouvernement australien n’est pas prêt à lâcher quoi que ce soit… De quoi faire planer un danger supplémentaire sur la future tournée des Bleus, qui devront notamment transiter par Melbourne où ils sont sensés disputer un test le 13 juillet à l’AAMI Park ? Pas encore pour l’instant, à moins que le variant indien ne se développe considérablement dans les prochaines semaines… N’empêche que cette mauvaise nouvelle a encore refroidi quelques ardeurs en haut lieu et notamment au sein de l’état-major des Bleus.

La tournée maintenue coûte que coûte

En clair ? Après une fin de Tournoi gâchée, le sélectionneur Fabien Galthié peut légitimement craindre les foudres de la vox populi en cas de débâcles lors de la série de tests, que l’absence des finalistes et de certains cadres ne pourraient logiquement qu’amplifier, sans oublier la fatigue inhérente à une saison qui s’étire depuis désormais plus d’un an (54 semaines) et des conditions d’entraînement indignes du haut niveau pendant la quatorzaine obligatoire imposée à l’hôtel par les autorités sanitaires. Reste que, malgré ces conditions catastrophiques, il n’est nullement question de remettre en question la tournée. D’abord parce que la FFR a promis à la Fédération australienne qu’elle aurait bien des test-matchs à se mettre sous la dent cet été pour renflouer ses caisses, mais aussi parce qu’après avoir été privés de tournée en Argentine l’été dernier, les Bleus ne verraient pas non plus d’un très bon œil de rester sur le tarmac une année supplémentaire. L’argument massue étant qu’à défaut de gagner sportivement, le XV de France aurait au moins à gagner en matière de cohésion et de leaders à l’autre bout du monde…

Sans assouplissement australien, seulement 35 joueurs pour 2 tests ?

Voilà pourquoi, ce lundi, une réunion d’extrême importance se tiendra en visio-conférence entre le président de la FFR Bernard Laporte et le chairman de l’ARU Hamish McLennan, afin de tenter d’assouplir le protocole auquel serait susceptible d’être soumis le XV de France. Si un certain allégement pouvait être envisagé, la tournée serait maintenue en état, avec trois tests et si possible 42 joueurs. En revanche, si le gouvernement australien s’avérait toujours aussi peu malléable, la FFR effectuerait la demande de limiter la tournée à 2 matchs, ce qui pourrait logiquement amener le sélectionneur à réduire sa liste à 35 joueurs. Un sujet particulièrement important et sensible puisque, dans la foulée de l’entretien avec McLennan, les représentants de la FFR doivent rencontrer ceux de la LNR pour discuter d’un éventuel avenant à la convention. Autant dire que ce lundi, bien des choses pourraient être réglées concernant l’avenir à court terme des Bleus…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas ZANARDI (avec P.-L.G.)
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?