Les promesses de Thomas Jolmès

  • Les promesses de Thomas Jolmès
    Les promesses de Thomas Jolmès Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les mauvaises langues disaient que Thomas Jolmès allait connaître ce samedi sa première titularisation de la saison à Mayol. Curieux quand on sait que le deuxième ligne n’a quitté le RCT pour rejoindre l’UBB qu’à la mi-mars ? Qu’importe la médisance, à l’heure où Bordelais et Toulonnais croisaient le fer pour cette avant-dernière journée de la phase régulière, le Grenoblois foulait lui la pelouse de Mayol numéro 4 vissé sur le dos. Avec une soif de revanche, pour un joueur qui n’est jamais parvenu à s’imposer sur la rade ? Ce serait mal connaître le bonhomme qui -bien que son aventure toulonnaise ait tourné court, après seulement huit petits mois- avait davantage envie de prouver à son nouveau collectif qu’il pouvait redevenir l’un des tout meilleurs deuxième ligne du Top 14. Et comme métamorphosé, le géant à l’allure légèrement désinvolte qui évoluait en Rouge et Noir est apparu rayonnant avec le maillot girondin. « Thomas a des qualités que nous connaissions quand il jouait à Grenoble, La Rochelle ou même Toulon : c’est un joueur qui amène sa puissance, sa dextérité, appréciait Maxime Lucu. Aujourd’hui Thomas a fait une bonne prestation, notamment en première période où il a beaucoup défendu. »

« Thomas est assez particulier, mais c’est ce qui fait son charme »

Pour sa première titularisation avec l’UBB (la deuxième de la saison), Jolmès s’est donc montré généreux en défense, voltigeur dans les aires et très à l’aise lorsqu’il s’agissait de déployer son double mètre pour faire vivre le ballon. « J’avais essayé de recruter Thomas à la dernière intersaison mais il voulait rejoindre Toulon… Alors quand nous avons appris que le RCT voulait le laisser partir, nous étions contents de pouvoir le faire venir, reprenait Christophe Urios. Thomas est très bien intégré. C’est quelqu’un d’assez particulier, mais c’est aussi ce qui fait son charme. Il faut réussir à l’amener avec nous, mais nous avons un groupe fantastique, alors c’est facile. » Et s’il n’est pas parvenu à mener son équipe vers la victoire à Mayol, Thomas Jolmès a en tout cas profité de cette confrontation avec ses anciens coéquipiers pour démontrer qu’il n’avait rien perdu de son rugby et pouvait, avec un peu de temps et beaucoup la confiance, redevenir un joueur avec ce petit quelque chose en plus. De bon augure ? On jurerait en tout cas que cette sortie toulonnaise devrait décupler les attentes des supporters girondins au sujet du nouveau géant de Chaban.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?