Toulon ne doit plus donner le bâton

  • Face aux Girondins, les Toulonnais de Facundo Isa se sont montrés plus disciplinés. Il faudra confirmer ces progrès à Castres. Photo Icon Sport
    Face aux Girondins, les Toulonnais de Facundo Isa se sont montrés plus disciplinés. Il faudra confirmer ces progrès à Castres. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après deux sorties catastrophiques au niveau de l’indiscipline, les Toulonnais ont retrouvé leurs standards habituels contre Bordeaux. Face à Castres, les Varois savent pertinemment que leur capacité à jouer aux coups de sifflet de l’arbitre décidera en grande partie du sort de la rencontre.

Devinette : qu’est-ce qui différencie la défaite du côté de Clermont de la victoire contre Bordeaux ? Le résultat final ? Petit malin. La composition d’équipe ? Habile. Le score ? Vous chauffez, mais faites un dernier effort. Le nombre de pénalités sifflées contre le RCT ? Bingo ! Car si les joueurs de Patrice Collazo ont globalement dominé les deux rencontres, c’est bien la capacité des Varois à rester dans le cadre de la règle qui a changé l’issue de ces deux matchs. Et s’ils sont passés près de l’exploit au Michelin, après avoir imposé leur puissance et leur tempo, les 14 pénalités sifflées par Alexandre Ruiz n’ont fait que savonner la planche varoise, offrant 18 points à Morgan Parra.

La faute à la fatigue liée à un enchaînement de trois matchs en une semaine ? À l’excès de bonne volonté d’un groupe à quelques riens de s’offrir une qualification après laquelle le club court depuis 2018 ? Toujours est-il qu’en offrant autant d’occasions de marque à l’adversaire, Toulon s’est tiré un barillet entier dans le pied. Alors face à l’UBB, le mot d’ordre était clair : faire moins de huit fautes sur l’ensemble de la rencontre. Résultat ? Avec neuf pénalités concédées, les Varois sont passés à quelques riens de respecter la demande de leur manager, mais ont malgré tout fait bien mieux que les semaines précédentes.

De quoi satisfaire le groupe, toujours en vie et de retour dans des standards plus "habituels" d’indiscipline ? Pas vraiment, à en croire Facundo Isa : "Nous parlons trop avec l’arbitre, et il faut absolument régler cette indiscipline : nous faisons des fautes à la con. Par exemple, on ne peut plus se permettre de partir devant un joueur qui tape au pied à deux matchs de la fin de saison." D’autant que sur ces neuf fautes, six ont été sifflées dans leur moitié de terrain, comme ç’a avait été le cas contre Clermont (7 sur 14).

11,5 fautes en moyenne par rencontre

Un mal récurrent ? Et pourtant non, car le principal paradoxe de la saison toulonnaise relève du fait que pendant de longs mois, les Varois ont fait partie du peloton de tête des équipes les plus disciplinées du Top 14. Mais plombés par des rencontres comme celles à Montpellier (16) ou Clermont (14), les Toulonnais ont depuis "dégringolé" du podium, pour tomber à la sixième place du classement de la discipline, avec 287 pénalités concédées, soit une moyenne de 11,5 par rencontre.

Mais les coups de sifflet de l’arbitre seront d’autant plus décisifs samedi, que le CO est un (très) mauvais élève dans le secteur, avec 332 pénalités (13,3 par match) soit le pire total du championnat. C’est donc peu dire que la discipline sera la clé de ce duel à la vie à la mort. Alors, quel visage affichera Toulon ? Il n’y a en tout cas que peu de doute que les Varois devront mettre la "bonne disquette", pour plagier Raphaël Lakafia, qui affirmait samedi après Bordeaux que quand tout le monde regarde dans la même direction, ce RCT peut renverser n’importe quelle équipe.

Les Varois devront en tout cas conclure cette course à la qualification du côté de Castres, s’ils veulent avoir la possibilité de jouer des coudes avec le gratin du rugby hexagonal pour la première fois depuis trois saisons, dès la semaine suivante.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?