Bienvenue en huitièmes de finale

  • Bienvenue en huitièmes de finale
    Bienvenue en huitièmes de finale Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Toulouse, La Rochelle, le Racing 92 et l’Union Bordeaux-Bègles sont déjà qualifiés. Lyon est hors course. Pourtant, ils sont encore quatre à se disputer les deux ultimes billets pour les phases finales : Clermont, Toulon, Paris et Castres. Voilà qui promet quatre-vingt dernières minutes de folie.

C’est un refrain entendu et répété chaque saison, à l’approche de la 26e et dernière journée de la phase régulière de Top 14 : « Désormais, on aborde chaque match comme un rendez-vous de phase finale. » C’est parfois vrai mais souvent caricatural. Cette fois, il faut pourtant bien reconnaître que la dernière ligne droite de cette saison pas comme les autres — plus longue, plus usante, plus cabossée aussi par les énièmes reports et autres complications liées à l’épidémie de Covid 19 — offre un suspense exceptionnel. Le plus remarquable concernant la course à la qualification, et donc à un barrage. Rarement l’incertitude aura été aussi grande. Une course passionnante, ou stressante selon les points de vue, qui place quatre clubs sur la ligne pour seulement deux places.

Clermont et Toulon doivent concrétiser

En effet, le Stade toulousain, La Rochelle, le Racing 92 et l’Union Bordeaux-Bègles sont tous assurés d’être au rendez-vous des phases finales — et donc au minimum de recevoir un barrage à domicile — même s’ils ne savent pas encore dans quel ordre. Mais ce samedi soir, alors que Lyon est officiellement sorti de la course depuis le week-end dernier, Clermont, Toulon, le Stade français et Castres seront toujours en mesure de s’inviter à la « table des six » et vont donc jouer de véritables huitièmes de finale. D’autant plus attrayant que les matchs vont se disputer en même temps, à 21 heures, et que les scénarios risquent ainsi d’évoluer au fil de la soirée.

Forcément, tout le monde ne se présente pas avec les mêmes chances, ni avec les mêmes contraintes. Sur le papier, les Clermontois partent avec une longueur d’avance et possèdent plus que jamais leur destin entre leurs mains. Eux savent que, s’ils battent La Rochelle à Marcel-Michelin, leur exercice se poursuivra. Alors que Franck Azéma vit ses dernières semaines à la tête de ce groupe, ce serait l’objectif minimum, d’autant plus que l’ASMCA — malgré un parcours irrégulier en termes de résultats et de contenus — a toujours figuré dans le haut du classement.

La logique est assez similaire du côté des Toulonnais même s’il faut, pour s’assurer un ticket, gagner à Castres, ce qui ne semble pas mission aisée sur le papier. Ne pas poursuivre l’aventure serait toutefois une vraie contre-performance pour le RCT qui, malgré un récent passage à vide qui lui a fait craindre le pire, peut garder de fortes ambitions jusqu’au bout.

Paris et Castres, les folles remontées

Pour le Stade français et Castres, la donne apparaît quelque peu différente. Ces deux formations maîtrisent moins leur avenir que celles précédemment citées. Elles devront en tout cas l’emporter absolument, à Bayonne pour les Parisiens et face auRCT pour les Tarnais (et si c’est avec un bonus offensif à la clé, c’est encore mieux) et espérer un ou plusieurs faux pas de la part des concurrents directs. Pas simple sur le papier mais, contrairement aux Clermontois et aux Toulonnais, les joueurs de la capitale et du CO ne semblent pas avoir grand-chose à perdre.

Se retrouver là, dans cette position à quatre-vingts minutes du verdict, a déjà tout d’un exploit pour ces deux équipes engluées dans les profondeurs du Top 14 il n’y a encore pas si longtemps. Imaginez que Castres pointait à la treizième place fin décembre. Alors oui, ce sont clairement les deux outsiders de cette course folle mais c’est aussi leur immense point fort. Depuis de longues semaines, les hommes de Gonzalo Quesada et de Pierre-Henry Broncan sont totalement décomplexés et ceci peut expliquer leurs formidables remontées au classement. Jusqu’où iront-ils ? Vont-ils réussir à doubler Clermont et/ou Toulon à la « photo finish » ? Réponse imminente.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?