Et Alldritt secoua le stade Michelin...

  • Grégory Alldritt, remplaçant à Clermont samedi soir, fit une entrée en jeu tonitruante au stade Marcel Michelin.
    Grégory Alldritt, remplaçant à Clermont samedi soir, fit une entrée en jeu tonitruante au stade Marcel Michelin. SUSA / Icon Sport - SUSA / Icon Sport
Publié le

En l'espace d'une demi-heure, Grégory Alldritt a changé le visage de son équipe, face à Clermont-Ferrand. Merci qui ?

Evacuons d'entrée les sujets qui fâchent : le genou du talonneur Pierre Bourgarit est en souffrance, la caboche du pilier gauche Reda Wardi a été salement secouée sur un choc et samedi soir, les Rochelais ne sont toujours pas parvenus à s'imposer au stade Marcel Michelin, encaissant même en ce funeste 5 juin la dix-huitième défaite en Auvergne de leur histoire. Malgré tout, les vice-champions d'Europe ont arraché leur qualification en demi-finale et, en cela, peuvent remercier Jules Le Bail. Auteur du monumental coup de pompe ayant permis, sur le gong ou presque, à son équipe de prendre un point de bonus défensif quasi vital, ledit Jules a fait oublier qu'à Clermont, les deux ouvreurs du club (Ihaia West et Jules Plisson) soignaient des corps endoloris par les récents événements.

De fait, les hommes de Ronan O'Gara et Jono Gibbes sortent d’une période pour le moins épouvantable et, entre les matchs de coupe d'Europe, la phase régulière du Top 14 et les matchs en retard du championnat, les Rochelais ont disputé la bagatelle de sept rencontres en cinq semaines ! « Ces quinze jours de repos avant la demi-finale sont vraiment très importants, disait le capitaine Kevin Gourdon en conférence de presse. Maintenant, j'espère que nous allons récupérer au plus vite et offrir au club une première finale de championnat. Ce serait tellement beau... »

Replacé au centre, Raymond Rhule fut précieux 

Dans ce but, le Stade rochelais comptera dans le Nord sur la quasi totalité de son effectif, Levani Botia (suspendu) et Pierre Aguillon (blessé) exceptés. A Lille, les vice-champions d'Europe s'appuieront surtout sur la brillance du meilleur troisième-ligne du championnat, le Gersois Grégory Alldritt. Remplaçant le week-end dernier au stade Michelin, le numéro 8 du XV de France a indéniablement changé le cours de la rencontre à son entrée en jeu : resserrant la défense clermontoise autour des zones d'affrontement, renversant des plaqueurs adverses avec la facilité qu'on lui connaît, Grégory Alldritt marqua aussi l'essai qui permit au Stade rochelais de réduire l'écart au score, au moment où les efforts clermontois étaient les plus ardents.

Il ne fut pas le seul, bien sûr, à fissurer une muraille auvergnate ayant retrouvé son efficacité et, balle en mains, Raymond Rhule (replacé au centre en l'absence de Botia et Aguillon) fut plutôt convaincant dans le rôle qui lui sera attribué en fin de saison. Mais au Michelin, face à des Jaunards revenus à un très bon niveau, l'abattage de Grégory Alldritt fut clairement vital à une équipe tuujours hantée par sa défaite en finale de Champions Cup. Pour tout dire, le perce-murailles des Bleus fit samedi soir un tel effet que l'on regretterait presque sa mise au repos, en vue de la prochaine tournée des Bleus en Australie... 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?