Monribot : « Si tu gagnes ce match tu pourras sortir cet été. Si tu le perds… je n’ai même pas envie d’en parler »

  • Le flanker de 33 ans fera tout pour maintenir les Bleu et Blanc en Top 14, face au rival biarrot.
    Le flanker de 33 ans fera tout pour maintenir les Bleu et Blanc en Top 14, face au rival biarrot. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Jean Monribot, troisième ligne emblématique de l’aviron bayonnais évoque le derby Biarritz-Bayonne qui attribuera le dernier ticket pour le Top 14 la saison prochaine.

Est-il rageant de perdre toutes vos illusions à la dernière seconde ?

Bien évidemment, il y a de la déception. C’est cruel. Mais l’engagement des joueurs était à 100%. Il y en a eu aussi à Montpellier, la semaine dernière où on aurait pu faire mieux. Comme j’ai dit aux mecs sur le terrain, il faut de suite relever la tête. Ce match, il faut l’oublier. Maintenant, il y a le match le plus important de la saison qui va vite arriver. Il faut déjà s’y projeter.

Disputer ce match le plus important de la saison contre Biarritz change-t-il les choses ? 

Il y avait beaucoup de bruit depuis longtemps. Les gens espéraient… certains d’autres non. Ca ne va pas être un match comme les autres. Vous connaissez tous les derbys. C’est quelque chose de particulier au Pays Basque. Il va falloir rester dans notre bulle car il y aura du bruit autour de ce match et se concentrer vraiment sur une seule chose : maintenir ce club en Top 14. C’est l’objectif premier au-delà du derby lui-même.

Vous qui êtes l’équipe du Top 14, avez-vous, dans ce contexte, le plus à perdre ?

Non. Pour moi l’excitation est au maximum. Déjà de vivre des derbys c’est magnifique. C’est une belle fête. C’est dommage qu’Aguilera ne soit pas plein. C’est bien de voir Biarritz à ce niveau aussi. Les gens attendaient ce match. Nous non, parce
qu’on aurait voulu nous maintenir avant. Mais le déplacement va être court. Il n’y aura pas de fatigue. On aura une belle mission. Je pense que ce groupe mérite le maintien. Les gens ont été fabuleux ce soir. On avait l’impression que le stade était plein. Notre envie est de retrouver Jean Dauger plein et en Top 14.

Pensez-vous qu’il a une différence de niveau entre les premiers de ProD2 et les derniers de Top 14 ?

Je pourrai répondre le week-end prochain… Pour l’instant, aucun club de Top 14 n’a réussi à gagner le barrage. Ces matchs sont particuliers parce que l’équipe de ProD2 est dans une dynamique positive et le club de Top 14 est plus dans défaites, à batailler. En plus, on rajoute le derby…Si tu gagnes ce match tu pourras sortir cet été. Si tu le perds… je n’ai même pas envie d’en parler.

On ne vous sent pas vraiment abattu…

Je suis déterminé. Il est minuit, je viens de faire une demi-heure de vélo parce que j’ai envie de récupérer. L’ensemble du staff s’est projeté de suite. On avait programmé ce barrage. Ce n’est pas quelque chose qui nous tombe dessus. Psychologiquement, en tout cas, on s’était préparé depuis bien longtemps. C’est sûr, il y a une déception mais je l’ai déjà oubliée. Maintenant, c’est Biarritz… On a un devoir. Il y a une telle ferveur à Bayonne. Il y quelque chose qui se construit depuis trois ans, dans la stabilité. On entend parler de projet. Il se concrétise. On le voit. Il est devant nos yeux. On se doit de rester en Top 14. Cette semaine, on met tout de côté et on ne pense qu’à ce match, qu’à ce match…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Propos recueillis par Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?