Fritz Lee (Clermont) : « Toute la pression sera sur Bordeaux »

  • Top 14 - Fritz Lee (Clermont)
    Top 14 - Fritz Lee (Clermont) Icon Sport
Publié le

Fritz lee, conscient des imperfections de son équipe, se réjouit malgré tout de l’inhbituel statut d’outsider dans lequel elle abordera les phases finales.

Il a fallu attendre la dernière journée pour voir l’ASM assurer sa place en barrage. Avez-vous craint d’être le dindon de la farce à un moment de la saison ?

Cette saison a été définitivement spéciale, entre la covid, le décès de notre président, les matchs à huis clos et plein d’autres choses… Nous avons lutté jusqu’au bout pour intégrer le top 6 et c’était une première pour nous car d’ordinaire, nous étions plutôt confortables dans la course à la qualification. Cette dernière journée a été dingue, c’était la première fois que j’expérimentais un truc pareil, où toutes les équipes ou presque pouvaient encore se qualifier. Notre chance a été de jouer cette dernière rencontre à la maison. On savait bien que tout pouvait arriver face à cette belle équipe de La Rochelle mais nous avions au moins l’avantage de maîtriser notre destin. Bien sûr que nous étions un peu nerveux parce qu’il fallait que l’on gagne pour mériter la qualification. Mais personne dans l’équipe n’a jamais douté que nous en étions dignes.

Votre probante victoire contre La Rochelle vous a-t-elle définitivement convaincu que votre équipe peut remporter un titre cette saison ?

Mais nous croyons en nous depuis le début ! Ce qui est bien avec cette victoire, c’est qu’elle crée un nouveau début de dynamique qu’il s’agit maintenant d’entretenir. Nous arrivons en phases finales dans un costume plutôt confortable puisque nous n’avons pas à endosser, comme d’habitude, l’habit de favori que nous avons laissé à d’autres comme Toulouse, La Rochelle, le Racing ou même Bordeaux. Mentalement, c’est très différent pour nous. À partir de maintenant, nous avons tout à gagner. C’est une nouvelle saison qui commence et la pression est sur nos adversaires.

Il est vrai que Clermont est plutôt abonné aux demi-finales directes depuis quelques saisons…

(il coupe) La dernière fois que nous avons disputé un barrage, c’était contre Castres en 2014 et nous avions perdu à domicile (16-22). Cela prouve bien que c’est possible et c’est une expérience dont il faut se servir.

Justement : contrairement à l’ASM qui est une habituée, l’UBB disputera le premier match de son histoire en phases finales. Cela peut-il jouer en votre faveur ?

Comme je vous l’ai dit, je pense sincèrement que la pression est sur l’UBB car il s’agira pour eux du premier match de phases finales devant leur public. C’est une grosse équipe, qui est bien coachée, mais ce facteur peut compter. On sait que les matchs de phases finales sont uniques sur le plan émotionnel et nous avons au moins pour nous l’habitude de gérer ces émotions.

Clermont a connu des hauts et des bas tout au long de la saison, notamment en conquête ou en défense. Ce manque de régularité ne peut-il pas coûter cher en phases finales ?

Nous avons eu des hauts et des bas, comme toutes les équipes ou presque dans ce championnat. Mais le point positif est que nous avons continué à nous améliorer de match en match, en analysant précisément ce qui n’allait pas. Nous ne sommes pas parfaits, nous ne sommes pas les All Blacks. Mais parfois, ce n’est pas plus mal. Quand on est trop confortable, on peut avoir tendance à s’endormir sur ses lauriers. Au moins, ça ne peut pas nous arriver et on cherchera encore à être meilleurs à Bordeaux que nous l’avons été contre La Rochelle le week-end dernier.

Votre équipe a encaissé un nouvel essai en première main contre La Rochelle : cette défense sur les extérieurs constitue un point faible assez récurrent…

Je ne suis pas d’accord avec vous. Notre défense progresse, elle aussi. Benson Stanley est un jeune coach, qui entraînait pour la première fois cette saison. Cela dit, même les entraîneurs les plus expérimentés sont tributaires de ce que font les joueurs sur le terrain… Nous avons mis en place un nouveau système qui demandait probablement un temps d’adaptation et qui sera encore mieux en place la saison prochaine. Mais ce système est bon et je suis persuadé que notre défense répondra présent samedi soir. On peut raconter ce que l’on veut mais si nous n’avions pas eu une défense un minimum performante cette saison, nous ne nous serions pas qualifiés dans le top 6.

À ce titre, savez-vous que vous êtes le joueur qui a effectué le plus de plaquages cette saison en Top 14, avec 220 interventions réussies ?

(amusé) Ah non, je ne le savais pas. Je ne suis pas le genre de joueur qui fait trop attention à ses stats. Cela prouve simplement que j’essaie de me donner au maximum pour l’équipe.

Ce n’est pas habituel pour un numéro 8 que de plaquer autant…

C’est ce que l’on me demande dans notre système, où on cherche à m’utiliser en fonction de mes principales qualités. Comme quoi, il n’est pas si mauvais (rires).

Si votre défense a été critiquée, c’est peut-être aussi parce que votre équipe a eu du mal à trouver un équilibre avec son attaque, qui est devenue cette saison la plus prolifique de l’histoire du Top 14 avec 830 points marqués…

J’avais remarqué ça, oui. Xavier Sadourny a réalisé un travail remarquable, on sait que l’on peut mettre à mal n’importe quelle défense. Mais là encore, il ne s’agit pas de nous reposer sur nos lauriers et de continuer à progresser, toujours.

Pour conclure, en cas de défaite, ce match à Bordeaux serait le dernier de Franck Azéma avec l’ASM après dix saisons passées au club. Tout sauf anodin…

Nous en avons conscience, oui. Franck a effectué un travail fantastique ces dernières saisons et nous sommes heureux de savoir que ce travail va être bien prolongé avec l’arrivée de Jono Gibbes. Maintenant, tout le monde a envie que notre histoire avez Franck se termine de la meilleure façon possible, tout comme lui. Mais justement, pour cela, la meilleure façon de faire consiste à ne pas aller trop loin dans l’émotionnel et se concentrer sur le rugby. Franck a préparé ce match avec professionnalisme, comme à son habitude, et je crois que c’est la bonne solution.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?