Fin de la têve des finisseurs et nouvelles forces basque

  • Fin de la têve des finisseurs et nouvelles forces basque
    Fin de la têve des finisseurs et nouvelles forces basque Icon Sport
Publié le

Les deux équipes vont compter sur leurs chasseurs d’essais, aussi inattendus que redoutables.     

Aucun des deux n’a marqué le week-end dernier. Ni le Bayonnais Aymeric Luc lors du match fermé et décisif face au Stade français ni le Biarrot Gavin Stark en finale du championnat de Pro D2. Et cette trêve des finisseurs est une anomalie au regard de leurs performances cette saison. En effet, le premier est le quatrième meilleur marqueur du Top 14 avec dix essais, lui qui était pourtant loin d’être annoncé comme un des titulaires en puissance de l’Aviron dès cette saison.
Le second, longtemps freiné par des blessures cette année, s’est montré redoutable notamment lors de la phase finale de Pro D2 (trois essais contre Grenoble en barrage puis l’essai de la victoire à Vannes en demi-finale), pour un total de sept essais en huit matchs (mais seulement cinq titularisations). Il a donc marqué un essai toutes les 66 minutes, malgré son silence face à l’Usap samedi dernier. Mais dans le camp biarrot, il reste ce facteur X capable d’exploiter la moindre miette comme le confiait récemment le talonneur Lucas Peyresblanques qui lui avait permis de marquer à Vannes : « Il va plus vite que tout le monde. Il est capable de gagner tous ses un-contre-un. Il est opportuniste. ça fait du bien d’avoir des joueurs comme ça dans son équipe. »

De son côté Aymeric Luc a su saisir sa chance pour être, au final, le joueur de l’Aviron qui a passé le plus de temps sur le terrain. Il a surtout confirmé la tendance qu’il n’était pas obligatoire de présenter des mensurations hors normes pour briller au poste d’ailier. Il était lui aussi sur une dynamique positive en cette fin de saison avec cinq essais inscrits lors des huit matchs avant la réception du Stade français. Alors même si la moyenne d’essai par match est largement en faveur du Biarrot, les pensionnaires d’Aguilera devront se méfier du feu follet de l’Aviron. 

En Pays basque, les hommes forts ne manquent pas. Et pourtant les deux poutres de Biarritz et Bayonne ne sont pas nés au pied de la Rhune. Johnny Dier vient des Fijdi et Mariona Galarza d’Argentine. Tous les deux sont devenus des pièces maîtresses de leur paquet d’avant, dans des styles néanmoins différents. Le Fidjien est aussi spectaculaire que dur au mal. Les 28 étoiles Midi Olympique glanées sont là pour prouver qu’il ne passe pas inaperçu quand il est sur un terrain (seul le centre Francis Saili fait mieux au BOPB avec trente étoiles mais un temps de jeu supérieur). Il avait d’ailleurs été recruté par le Racing 92 la saison dernière pour remplacer son compatriote Leone Nakarawa parti prématurément après son licenciement. L’ancien joueur des Fidjian Drua (la province fidjienne qui va intégrer le Super Rugby) n’avait pourtant pas jamais porté le maillot Ciel et Blanc avant de s’engager à Biarritz. Il a finalement pris son envol du côté d’Aguilera, démontrant que sa « petite » taille (seulement 1,90m) n’était pas rédhibitoire, même au niveau international puisqu’il a participé à la Coupe d’Automne des Nations. Il aura en face de lui le guerrier argentin de l’Aviron, arrivé au club après une carrière riche, que ce soit dans le championnat anglais (Worcester, Gloucester) mais aussi avec la sélection nationale (26 sélections, deux coupes du monde). C’est le troisième joueur de l’effectif le plus utilisé cette saison par Yannick Bru qui lui a même confié le capitanat une fois. Mariano Galarza est aussi le meilleur plaqueur de Bayonne avec 202 plaquages réalisés, soit le cinquième meilleur total de tout le Top 14. Sa capacité à briller dans les taches obscures mais aussi sa grande expérience (notamment 52 matchs de Top 14 dont 23 lors de cet exercice) seront des atouts indéniables dans un match qui s’annonce bouillant.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?