Blagnac (F) : Audrey Abadie, le symbole

  • L’expérience d’Aurélie Abadie sera un atout pour le BRF.
    L’expérience d’Aurélie Abadie sera un atout pour le BRF. Photo La Dépêche du Midi - Michel Viala
Publié le

Animation offensive, jeu au pied, aura auprès des jeunes : l’internationale bigourdane est l’une des pièces-maîtresses du dispositif blagnacais.

« Le dénouement de la demi-finale ? Il n’est en rien miraculeux : nous sommes allés le provoquer, à grand renfort de solidarité, comme l’aurait fait une famille unie, voilà… » Malicieux au possible, le destin a-t-il enfin daigné adresser le clin d’œil idoine à une formation blagnacaise demi-finaliste à cinq reprises entre 2015 et 2019. Parmi les déconvenues les plus marquantes, ce match retour sur la pelouse de Montpellier, la transformation « de la gagne » étant manquée de quelques centimètres seulement par une certaine… Audrey Abadie. Un mauvais sort que la toujours jeune (29 ans à la fin de l’été) internationale entend bien conjurer, elle qui avait d’ailleurs connu les joies d’une mémorable victoire, avec Tarbes, face à Lyon, au début de la précédente décennie.

Tout en retenue

Bonrepos, tel est le toponyme de ses origines bigourdanes. En revanche, la joueuse aux avantageuses mensurations (1,66 m, 60 kg), elle, n’a rien, non, vraiment, de l’hôte de tout repos, surtout pour les stratèges adverses appelés à décrypter une palette faite aussi bien de courses longues, de passes comme autant de services en or massif, de jeu au pied. L’ouverture, un poste "altruiste » pour celle qui préfère faire briller les autres : « Si je dois dire quelque chose dans le vestiaire, je le fais en toute spontanéité mais le capitanat ne me manque pas. »  Lesquels galons sont fort bien portés par Elodie Martin, histoire de former une charnière hors pair, l’expérience des anciennes constituant un atout maître à l’ombre du couperet.

Pas de quoi sous-estimer bien la paire adverse emmenée par Emma Coudert : « Elle est jeune, talentueuse, elle représente l’avenir. » Celui d’Audrey se situera peut-être dans le carré des entraîneurs, l’expérience auprès des cadettes étant couronnées d’un formidable succès. Parmi lesquelles, Lina Queyroi, dont l’apprentissage du très haut niveau se poursuit, les étoiles dans les yeux. Mais pour l’heure, seule compte cette échéance face à des Auvergnates. Alors, favorites, les Blagnacaises ? « Certainement pas ! D’ailleurs, il ne peut y en avoir dès lors que le jeu des deux adversaires se ressemble. » On ne saurit tirer plus sage conclusion en guise de préparation.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Philippe ALARY
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?