L’USB ne veut plus faire l’ascenseur

  • L’ouvreur argentin Sebastian Poet, en provenance de Colomiers, est une recrue de choix pour Bourg-en-Bresse. L’ouvreur argentin Sebastian Poet, en provenance de Colomiers, est une recrue de choix pour Bourg-en-Bresse.
    L’ouvreur argentin Sebastian Poet, en provenance de Colomiers, est une recrue de choix pour Bourg-en-Bresse. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

L’US Bressane revient se frotter au Pro D2. Après trois accessions immédiatement suivies de relégations, le club burgien espère cette fois-ci réussir l’opération maintien qui se présente devant lui.

Bourg-en-Bresse ne veut plus faire l’ascenseur ! Le champion de France de Nationale fête sa quatrième accession en Pro D2 en 13 ans. Un joli score mais qui signifie aussi que les trois précédents passages au deuxième échelon français ont systématiquement débouché sur des relégations sportives. Tout le monde a toutefois encore en tête le dernier passage de l’USB en Pro D2 en 2018-2019, avec un total de 60 points – un record pour un relégué ! –, engrangés grâce à 13 victoires pour 1 nul et 16 revers (4 bonus offensifs et 2 défensifs).

C’était bien mieux que lors des deux premières aventures en 2008-2009 (15e avec 43 points, 8 victoires et 1 nul) et 2013-2014 (16e avec 41 points, 7 victoires et 1 nul). D’ailleurs, avec un total de 60 points cette saison, Montauban vient de finir à la neuvième place de Pro D2. « Il y avait toujours un petit sentiment d’injustice à propos de notre relégation avec 60 points, confirme le coprésident Jacques Page. Le groupe est plus mature et expérimenté. Je crois en la construction sur la durée. Malgré la redescente, on n’a pas cessé de progresser. » 

Taverna, nouvel entraîneur des avants

Côté staff, Bourg a dû s’adapter ces derniers jours. Son entraîneur des avants Thomas Choveau a eu l’opportunité de rejoindre la Section paloise (Top 14). Rapidement, les dirigeants ont trouvé son successeur. Il s’agit de Mariano Taverna (39 ans) qui était entraîneur principal à Aubenas depuis trois saisons. L’Argentin arrivé en France en 2011 est un ancien deuxième ligne (Bédarrides, Aubenas). Il vient renforcer un staff où Yoann Boulanger reste entraîneur principal. Et l’USB cherche encore un renfort pour travailler avec les trois-quarts.

Globalement, il y a de la continuité dans le projet. Après la descente, un gros noyau de joueurs avait décidé de poursuivre la jolie histoire collective et de remonter ensemble. Au final, ils seront 19 joueurs à connaître ce retour après avoir porté le maillot violet en 2018-2019 en Pro D2. « C’est une force d’avoir eu une continuité dans le collectif, confirmait l’entraîneur Yoann Boulanger au soir de l’accession devant Albi. Les joueurs se connaissent plus, il y a une grosse cohésion. Ils ont un vécu individuel qui est hyper important. » 

Pour renforcer l’effectif (28 joueurs de la saison passée), une dizaine d’arrivées est prévue, trois sont déjà officielles. Le deuxième ligne Matthew Beukeboom débarque de Montauban (24 ans, Canadien mais Jiff) l’ailier Elie De Fleurian (22 ans, Bourgoin) a signé pour deux saisons.

Poet à l’ouverture

À l’ouverture, l’expérimenté argentin Sebastian Poet (28 ans) arrive de Colomiers. Passé également par Tarbes et Soyaux-Angoulême, il a plus de 130 matchs de Pro D2 à son actif. En renforts, l’USB vise un pilier droit, un talonneur, deux troisième lignes dont un numéro huit, un demi de mêlée, un centre et un ailier-arrière. « Le groupe que nous avons a beaucoup progressé mais il faut le renforcer avec des joueurs tout de suite au niveau Pro D2 » , indique le coprésident Jacques Page. Pour cela, l’US Bressane espère pouvoir capitaliser sur un budget légèrement supérieur à son dernier passage en Pro D2, a priori autour de 5,5 à 5,6 millions d’euros.

Et avec une masse salariale réhaussée (un objectif de 2,7 millions contre 2,2 millions il y a 3 ans). Au fil de ses passages par la case deuxième division professionnelle, l’USB a noté ses carences et cherche donc à les corriger au fur et à mesure. Au niveau infrastructures, le club bénéficie d’installations modernisées. Que ce soit le stade Verchère avec une capacité d’accueil de 9 000 places homologuées (6 500 places assises) mais aussi désormais d’un centre d’entraînement sur le même site, comprenant grande salle de musculation, vestiaires, pièce de vie de joueurs, cabinet médical ou encore balnéothérapie. Un cadre propice au (bon) travail.

Les joueurs reprendront les entraînements début juillet, pour une entame du championnat fin août. Avec la mission de décrocher un historique premier maintien en Pro D2.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien Veyre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?