Rugby à XIII : duel audois pour un sacre

  • Cette saison, Lézignan et Carcassonne ont chacun remporté leur rencontre à domicile, et ce sur le même écart (+4).
    Cette saison, Lézignan et Carcassonne ont chacun remporté leur rencontre à domicile, et ce sur le même écart (+4). Photo Claude Boyer
Publié le

Dimanche, à Ernest-Wallon (15 heures), le premier de la phase de classement, Carcassonne, rencontre Lézignan, son premier dauphin. Entre deux formations très proches l’une de l’autre, la décision pourrait venir de la charnière.

Le contexte : Numéros 1 et 2

Premier (Carcassonne) contre deuxième (Lézignan) : une finale idéale. Deux candidats au titre qui se sont particulièrement illustrés lors de la première phase. L’ASC a trusté les victoires (seize) et n’a connu la défaite qu’à seulement deux reprises (à Lézignan et à domicile face à Limoux). Le FCL a été également performant avec quatorze succès pour quatre défaites (à Carcassonne, Villeneuve-sur-Lot, Saint-Estève XIII catalan et à domicile face à Limoux). En demi-finales, les deux équipes ont rendu une copie correcte.

Samedi dernier, à Albert-Domec, Carcassonne a pris le meilleur sur Avignon (27-18) après avoir évolué à douze plus d’une demi-heure. Le lendemain, Lézignan n’est pas tombé dans le piège de Saint-Estève-XIII catalan. Les Audois se sont imposés sur un score semblable (26-18). Ils ont certes bénéficié d’un petit pouce du destin en inscrivant, avant l’heure de jeu, un essai sur interception par son centre, Valentin Ferret offrant à sa formation un peu plus de sérénité au tableau d’affichage (18-12). En fin de rencontre, la gestion du score de l’équipe d’Aurélien Cologni a été parfaite.

Le chiffre : 4

Lors de leur double confrontation, les deux formations ont eu la particularité de s’imposer sur leur propre pelouse et sur le même écart de points (+ 4). à Lézignan, le FCL s’est imposé 20 à 16. Lors du match retour à Albert-Domec, Carcassonne l’a emporté 36 à 32.

Les points forts : la défense

Les deux formations possèdent les mêmes atouts : elles s’appuient toutes deux sur une très bonne organisation défensive. Que ce soit du côté de Carcassonne ou de Lézignan, il y a un sacré contingent de joueurs d’expérience. Les joueurs de la cité s’appuient sur l’ancien pilier des Dragons catalans Mickaël Simon, l’ancien deuxième ligne de Toulouse Bastien Canet et le Fidjien Josawa Drodrolagi. Les représentants des Corbières, sont également pourvus d’anciens Dragons : Cyrill Stacul, Thibaut Margalet, Sam Moa et Antoni Maria. On attend d’ailleurs avec impatience son face-à-face avec Mickaël Simon.

La clé du match : la charnière du FCL

Ancien joueur de Lézignan et actuel entraîneur de Villeneuve-sur-Lot, Olivier Janzac pense que la charnière lézignanaise décidera du sort de la rencontre : « Carcassonne a perdu deux leaders de jeu, à savoir l’ouvreur Lucas Albert et Vavae Tuilagi qui vont leur faire sacrément défaut. Dans ce match qui s’annonce indécis, la charnière lézignanaise (Rémi Marginet- Thomas Lacans) peut faire la différence. Face aux Catalans, tous deux ont été prépondérant dans la victoire lézignanaise. Le même scénario n’est pas impossible lors de la finale. » 

Finale : la deuxième de l’histoire

Ce sera la deuxième finale entre ces deux formations. La première et unique remonte à 1975-1976. Au Stadium de Toulouse, Carcassonne l’avait emporté (14-6).

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?