Alldritt : « C’est une année complètement folle ! »

  • Alldritt : « C’est une année complètement folle ! »
    Alldritt : « C’est une année complètement folle ! » Patrick Derewiany - Patrick Derewiany
Publié le

Encore auteur du performance XXL, Grégory Alldritt a savouré à l’issue de la rencontre cette première qualification pour une finale de Top 14 de son club. Surtout, il mesure le chemin parcouru. Mais ne veut pas s’arrêter si près du but...

Avant la rencontre aviez-vous un instant imaginé pouvoir dominer autant le paquet d’avants du Racing 92 ?

On sait de quoi on est capable devant. Toute la semaine, on avait travaillé sur nous, sur ce qu’on était capable de faire et on a essayé de l’améliorer. On avait une très grosse mêlée, une très bonne touche, ce sont deux secteurs très importants face au Racing. Il ne fallait pas leur donner trop de bons ballons à exploiter parce qu’ils ont beaucoup de qualité derrière. On s’est concentré essentiellement sur nos forces, sur ce que l’on fait de mieux. Et peut-être encore un peu plus que d’habitude pour ce rendez-vous.

Vous avez la chance de connaître le plus haut niveau international, d’avoir déjà pris part à une Coupe du monde. Que ressentez-vous après cette qualification pour la finale de Top 14, la première pour votre club et pour vous ?

C’est incomparable. Porter le maillot de l’équipe de France, c’est quelque chose de magique. Mais jouer cette première finale du Stade rochelais au Stade de France, ça va être quelque chose d’énorme. Surtout, on joue pour nous mais aussi pour toute une ville, tout un département. On a encore vu ce soir (vendredi, N.D.L.R.) que nos supporters avaient fait le déplacement jusqu’à Lille. On se sent poussés, soutenus. On a vraiment envie de faire vibrer cette ville. À chaque rencontre, nos supporters sont là, poussent derrière nous. On leur doit bien ça. Ça va être un moment magique, mais n’oublions pas que ce sera un match de rugby comme tous les autres. L’objectif sera de rester concentrer sur les bonnes choses, de rester focaliser sur nous.

Il est rare qu’un même club dispute deux finales dans la même saison. Parvenez-vous à mesurer la réussite de votre club cette année ?

C’est une année complètement folle, mais ce n’est pas simplement le résultat d’une année de travail. Ce travail, il a débuté il y a déjà très longtemps. Depuis la montée en Top 14 en 2014, le club s’est construit patiemment, année après année. D’abord, en jouant le maintien. Ensuite, en se mêlant au top 6 avec deux participations aux demi-finales. Et puis aujourd’hui, cette qualification pour la finale du Top 14 alors que nous avons déjà joué la finale de Champions Cup il y a quelques semaines. C’est donc un long chemin et ce serait égoïste d’affirmer que c’est le groupe de cette saison qui en est à l’origine. Mais, évidemment, nous vivons une saison formidable. Offrir ce rendez-vous au Stade de France pour notre public, pour notre ville, c’est quelque chose de très fort pour nous.

Après la défaite à Twickenham en finale de Champions Cup contre le Stade toulousain, vous aviez été très marqué, très touché, mais vous aviez promis que l’équipe serait au rendez-vous de la finale du Top 14. N’avez-vous jamais douté de votre capacité à rebondir ?

Quand on est un compétiteur et qu’on perd une finale de Coupe d’Europe, c’est normal d’être touché. Je ne vais pas vous mentir, les deux journées qui ont suivi ont été très difficiles mentalement. Mais ces quelques jours de repos lors de la semaine des barrages nous ont fait le plus grand bien, nous ont permis d’évacuer un peu tout ce sentiment de déception et de frustration. Mais, à aucun moment nous n’avons douté. Le staff et le club sont sûrs d’eux, de leur stratégie et nous n’avons eu qu’à suivre le process mis en place depuis le début de la saison.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Arnaud BEURDELEY
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?