Le monstre de l'Atlantique

  • Le monstre de l'Atlantique
    Le monstre de l'Atlantique Patrick Derewiany - Patrick Derewiany
Publié le

Sûr de la force de son pack malgré l’échec en finale de Champions Cup, le Stade rochelais a concassé les avants du Racing et muselé ses galactiques pour s’offrir sa première finale de Top 14 de son histoire. Un succès qui confirme la force de caractère des Rochelais, qui ont su se relever en un temps record. 

On les avait laissés sur la pelouse de Twickenham lessivés. Mâchés physiquement, et surtout marqués mentalement. On revoit encore un Grégory Alldritt inconsolable au coup de sifflet final, ses rêves de titre européen brisés. On se souvient d’un Will Skelton à la mine basse, ou encore d’un Victor Vito au regard noir des mauvais jours. Tout cela, c’était hier ou presque. C’était il y a un mois....

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?