"La montée administrative, un temps d’avance sur la concurrence"

  • "La montée  administrative, un temps d’avance sur la concurrence" "La montée  administrative, un temps d’avance sur la concurrence"
    "La montée administrative, un temps d’avance sur la concurrence"
Publié le

Le club dionysien fait partie des quatre promus administrativement en Fédérale 1 par la FFR. Quatre ans après une rélégation administrative en Fédérale 3. Explications avec Olivier Glévéo, président de Saint-Denis (Fédérale 1).

Plusieurs clubs ont refusé la montée administrative en Fédérale 1 que la Fédération leur avait proposée. Pourquoi l’avoir acceptée ?

Nous l’avons acceptée pour prendre un temps d’avance sur la concurrence. La Fédération a programmé une grande réforme des compétitions. En acceptant de monter dès cette année, nous sommes certains de figurer en Fédérale 1 quand cette réforme sera appliquée. Nous ferons sans doute partie des clubs classés dans la deuxième partie de leur tableau, qui ne seront pas invités en Nationale 2. Donc nous serons reversés dans la nouvelle Fédérale 1, une division remodelée et dans laquelle nous voulons nous inscrire.

Vous acceptez cette montée alors que vous avez perdu votre entraîneur à l’intersaison, qui réalisait un excellent travail depuis trois ans. Ne prévoyez-vous pas un championnat un peu difficile ?

Xavier Marquet a réalisé un super travail et nous aurions aimé le conserver. Mais il a déménagé et sa mission devenait trop contraignante. Nous avons donc réorganisé notre staff en nommant Bastien Darrieumerlou responsable. Il entraînait avec Xavier la saison dernière. Il y a donc une forme de continuité. Bastien a joué sept saisons aussi chez nous et il connaît le club parfaitement. Le petit pari que nous avons pris a été de nommer à ses côtés, Émile Rebours, un jeune entraîneur sans grande expérience, qui tiendra aussi le rôle de directeur technique des jeunes. J’en profite pour préciser que nos projets touchent aussi à notre formation. Nous devons embaucher deux personnes pour couvrir nos besoins sur nos interventions scolaires. Pour répondre plus précisément à votre question, nous savons que nous allons disputer une saison difficile mais la deuxième le sera moins. Le risque est mesuré et tout le monde a voulu tenter l’aventure. Les joueurs, le staff technique, le bureau directeur et les élus politiques qui nous soutiennent se sont tous prononcés pour y aller.

Quel impact sur votre budget fait peser cette décision ?

Nous disposions d’un budget de 350 000 € en Fédérale 2. Nous avons projeté une enveloppe comprise entre 700 000 et 800 000 € en fédérale 1.

Le doublement d’un budget dans un temps aussi resserré semble compliqué. Et votre club avait été rétrogradé il y a quatre ans pour un budget insincère. Pensez-vous réellement rester dans les clous ?

Depuis quatre ans, nos budgets sont validés par la DNACG. Nous avons commis une erreur mais nous ne l’avons pas reproduite. S’agissant du budget de la saison prochaine, nous avons reçu des garanties de soutien élevées de la part de la Ville et de notre nouveau maire, qui souhaite ardemment voir un club de rugby en pleine forme sur la ville quand se déroulera la Coupe du monde 2023. Nous pourrons également compter sur une aide substantielle de notre Conseil départemental. Il donne 200 000 € à Drancy pour jouer en Fédérale 1. Nous aurons donc la même chose, je présume. Et puis cette ville offre des opportunités de partenariats évidents.

Des partenariats évidents, c’était déjà les arguments avancés quand Bernard Laporte lui-même était venu vous soutenir il y a quelques années. Les pensez-vous plus évidents aujourd’hui ?

Cette ville va bientôt devenir la troisième d’Ile-de-France en termes de population, avec plus de 130 000 habitants. La Coupe du monde 2023 draine derrière elle beaucoup de grands projets, la volonté de notre maire de nous accompagner est forte et nous sommes déterminés.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Propos recueillis par Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?