Tuc : enfin le bout du tunnel ?

  • L’ailier Basile Dionnet et les Tucistes, qui avaient réalisé un bon de saison l’année dernière, ont hâte de refouler les pelouses.
    L’ailier Basile Dionnet et les Tucistes, qui avaient réalisé un bon de saison l’année dernière, ont hâte de refouler les pelouses.
Publié le

Après deux saisons blanches, l’inactivité n’a pas tellement impacté le club tuciste, qui verra son équipe masculine repartir en Promotion Honneur avec des ambitions.

Dans quel état va-t-on retrouver le rugby amateur après une double saison blanche ? C’est une question qui est sur toutes les lèvres de nombreux acteurs. On craint une baisse de licenciés dans les catégories de jeunes ainsi que la mise en sommeil de certaines structures. Si l’incertitude domine, certains clubs ont bien géré cette double inactivité. à Toulouse, le club universitaire du Tuc ne s’attend pas à une perte des licenciés. « Nous sommes dans l’expectative, précise le coprésident, Stéphane Brusset. Il était vraiment difficile de gérer cette période. Mais selon nos dernières informations, nous ne craignons pas une fuite de nos adhérents au niveau de l’école de rugby ainsi qu’au sein des catégories cadets (M16) et juniors (M18). Malgré ce manque de contacts physiques ou d’absences de réunions, nous avons entretenu un lien avec les licenciés par le biais de notre newsletter et des réseaux sociaux. Après ces deux saisons blanches, nous sommes vraiment impatients de retrouver le terrain et ce plaisir de la vie associative.»

Les féminines rempilent à 10

Avant l’arrêt de la compétition, en mars 2020, la section féminine à X était promise à un bel avenir sportif. Malheureusement, la crise sanitaire a mis un terme aux belles espérances universitaires, lesquelles envisageaient pour l’exercice 2021-2022 la mise en place d’une équipe à XV. Pour l’heure, ce projet est ajourné. « Au printemps 2020, l’équipe féminine était une prétendante au titre. Le groupe était bien structuré. L’ambition était de rejoindre le championnat de Fédérale 2 à XV. Pour la saison à venir, nous continuerons l’expérience du 10. Il est trop prématuré de jouer à XV surtout après deux saisons blanches », ajoute le coprésident.

De son côté, au soir du 25 octobre 2020, veille de l’arrêt des compétitions amateurs, l’équipe fanion masculine avait bien entamé son championnat. Cette dernière occupait la première place de sa poule de Promotion Honneur devant Villeneuve-du-Paréage et l’Aviron castrais et pouvait songer à un printemps radieux lors de la phase éliminatoire. Ces résultats encourageants auraient pu autoriser le club à solliciter une accession en Honneur pour 2022. Seulement, pour avoir trop flirté avec la zone rouge les saisons passées, joueurs, dirigeants et encadrement ont préféré rempiler pour une saison en Promotion Honneur. « Une montée se justifie sur le terrain. Les années passées, nous avons trop souffert en Honneur. Notre groupe est jeune. La Promotion est un niveau intéressant pour se reconstruire. Je pense que nous pouvons jouer un rôle intéressant et avoir des ambitions », soutient Stéphane Brusset.

En attendant un retour sur les vertes pelouses, le Tuc va lancer la saison 2021-2022 par sa traditionnelle fête. Le samedi 26 juin à Alain-Coulom, la famille tuciste va (enfin) se retrouver. Une chose est sûre, ces retrouvailles n’engendreront pas de mélancolie.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?