Jelonch, "l’oublié" devenu incontournable

  • Jelonch, valeur d’exemple
    Jelonch, valeur d’exemple Icon Sport
Publié le

Après s’être révélé lors de la dernière coupe d’automne, le Néo-toulousain a semblé le mieux placé aux yeux du staff pour transmettre à ses partenaires un discours convaincant.

Il est des questions dont on ignore s’il vaut mieux ne pas avoir à les poser. Ainsi, entre son désir de faire souffler ses cadres et "l’obligation" politique de présenter aux Wallabies la meilleure équipe possible, le staff du XV de France aurait-il décidé de sélectionner Charles Ollivon pour cette tournée aux antipodes ? On ne le saura malheureusement jamais puisque, lors du match qui devait décider la qualification de Toulon pour le top 6, le capitaine des Bleus se rompit les ligaments croisés du genou droit sur la pelouse de Castres… Une blessure qui a mis fin aux rumeurs et aux supputations, pour générer d’autres interrogations quant à celui qui guiderait les Bleus face aux Wallabies. Et si Gaël Fickou semblait dans un premier temps tenir la corde, la blessure récoltée par ce dernier en demi-finale face à La Rochelle a obligé le staff à revoir ses plans encore une fois, dans l’urgence, pour bombarder le néo-Toulousain Anthony Jelonch. Un choix étonnant de prime abord, puisque le sélectionneur et ses adjoints comptaient dans leur groupe plusieurs capitaines en exercice dans leurs clubs respectifs, à l’image d’Arthur Vincent à Montpellier, ou Couilloud et Cretin à Lyon.

Pourtant, c’est bien à l’unanimité que Jelonch fut désigné, à en écouter un Fabien Galthié un brin emphatique. "Anthony Jelonch a réalisé une fin de saison incroyable avec Castres. Il fut aussi très performant avec nous, que ce soit en Coupe d’Automne ou pendant le Tournoi des 6 Nations. Jelonch, c’est un joueur de devoir, bon sur l’homme, fort balle en mains : plus les matchs sont difficiles et meilleur il est. Honneur à Anthony Jelonch, notre capitaine !"

"L’oublié" devenu incontournable

C’est probablement à cette aune, d’ailleurs, qu’il faut comprendre le choix du staff. On se souvient en effet qu’après avoir été élu homme du match lors de la cruelle défaite des Bleus à Twickenham, en finale de la Champions Cup (22-19), Jelonch avait également réalisé une performance titanesque lors de la victoire des Bleus en Irlande pendant le Tournoi (13-15). De cette aptitude à tenir droit dans la tempête, à s’endurcir encore et encore dans le combat, le staff des Bleus souhaite évidemment faire un exemple à suivre pour ses jeunes partenaires. Homme de peu de mots, Jelonch s’est en effet taillé une réputation irréprochable en Top 14, où il est de notoriété que sa rudesse n’a d’égale que sa gentillesse. Qu’il semble loin ce temps où, en juin 2017, celui qui n’était "que" Barbarian français avait été oublié par l’intendance des Bleus au moment de rejoindre un entraînement du XV de France en Afrique du Sud, obligeant le manager des Baa-Baas Thomas Lombard à demander à d’humbles supporters de jouer les taxis de fortune… Depuis, Jelonch a bien grandi, passant en quatre ans du statut de négligé à celui d’incontournable. Un destin dont la bande de jeunes Bleus peut légitimement s’inspirer.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?