Les Bleuets sur leur lancée

  • Pour sa première titularisation, le troisième ligne du Racing 92 Maxime Baudonne s’est distingué en inscrivant un doublé contre les Écossais. Photo Icon Sport
    Pour sa première titularisation, le troisième ligne du Racing 92 Maxime Baudonne s’est distingué en inscrivant un doublé contre les Écossais. Photo Icon Sport
Publié le

L’équipe de France des moins de 20 ans s’est fait peur mais s’est assuré un succès bonifié face à l’Écosse (45-21).

Comme ils en ont l’habitude depuis le début de ce Tournoi 2021, les Bleuets ont alterné le bon et le moins bon lors de leur avant-dernier match de la compétition. Auteurs d’une entame parfaite, Thibault Debaes et les siens ont réussi à se faire peur en deuxième mi-temps, face à des Écossais pourtant bons derniers du classement, sans le moindre point inscrit. "Il y a pas mal de choses à corriger, mais c’est encourageant", concédait Sébastien Bruno après le match. L’entraîneur en charge des avants français avait procédé à plusieurs changements importants dans le huit de devant, par rapport à la convaincante victoire contre le pays de Galles. Mais les joueurs alignés lui ont d’abord donné raison, avec une grosse entame. Pendant vingt minutes, les Bleuets ont concassé de pauvres Écossais, leur infligeant trois essais, à la suite de grosses séquences. "Un peu comme contre le pays de Galles, on sort bien de notre camp, on est propre sur notre conquête et on score. Mais le carton rouge nous fait un peu mal", racontait Nolann Le Garrec.

Une conquête salvatrice

Parce que oui, ce qui marque la transition entre cette entame parfaite, ponctuée par un score de 24-0, et la suite, c’est cette exclusion d’Enzo Reybier dès la 25e minute de jeu, pour un plaquage dangereux sur le centre écossais Glendinning. "On a été obligés de se réadapter stratégiquement, avec des Écossais présents dans le combat", ajoutait le capitaine des Bleuets. Lui et ses coéquipiers ont dès lors subi physiquement la fougue des Britanniques, regonflés à bloc. Ces derniers ont d’ailleurs trouvé la faille dans la défense bleue en s’appliquant à initier des ballons portés. "À 14, on doit défendre avec le talonneur dans le fermé, donc ça fait un avant de moins dans le porté", expliquait Le Garrec. Malgré ça, et le fait qu’ils ont vu leurs adversaires revenir à 10 petites longueurs dans le second acte, les Bleuets sont restés dans leur match grâce à une domination totale en conquête. Et alors que la première ligne française mettait au supplice son homologue, les pénalités et les cartons se multipliaient côté écossais. "C’est rare d’avancer comme ça en mêlée à ce niveau-là", admirait Sébastien Bruno.

Ainsi, les Tricolores ont bien mieux fini le match et ont repris le large à l’orée du dernier quart d’heure de jeu. "Quand ils sont revenus à 10 points, on n’était pas dans de bonnes conditions, mais cette fois, on a eu des ressources en fin de match", analysait Bruno. Finalement, les Bleuets l’emportaient 45-21, et se disputeront la deuxième place du Tournoi avec l’Irlande, lors de la dernière journée. "Il faudra qu’on monte le niveau contre les Irlandais. Ça va être pour nous une finale", prévient l’entraîneur des avants. Désormais trop loin des Anglais, (très) bien partis pour être sacrés, les Français pourront nourrir des regrets. Mais une victoire contre l’Irlande serait tout de même synonyme d’un Tournoi positif, avec quatre succès en cinq matchs.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?