Les Bleus sur leur 31 pour un succès historique

  • Les Bleus sur leur 31 pour un succès historique.
    Les Bleus sur leur 31 pour un succès historique. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Pour la première fois depuis 1990, l’équipe de bric et de broc constituée par Fabien Galthié et son staff a permis au XV de France de décrocher un succès d’anthologie en Australie, portée par l’extraordinaire sans-faute du Catalan Melvyn Jaminet.

Trente-et-un ans, nom d’une pipe. Trente-et-un an que le XV de France se cassait les dents aux antipodes sur le cuir de ces damnés Wallabies, sans jamais trouver de solution. Trente-et-un an de disette qu’une équipe de sans-grade, à qui l’on promettait l’enfer au bout du monde, ont fini pr briser. Avec un buteur auteur de 23 points, Melvyn Jaminet, qui n’a encore jamais posé le bout d’un crampon en Top 14 et sut pourtant endosser sans trembler el costume du héros, au moment de transformer la pénalité de la gagne à la 76e. Une pénalité obtenue, comme un symbole, sur une mêlée conquérante, pourtant poussée par des bizuths comme Anthony Etrillard et Enzo Forletta aux fauteuils d’orchestre, Cameron Woki en deuxième ligne et même le centre Jonathan Danty en troisième. La preuve ultime que ce sport peut parfois relever du merveilleux, de l’irrationnel, lorsqu’il est joué avec autant de passion qu’ont su le faire ces Bleus, inspirés par un capitaine exceptionnel en la personne d’Anthony Jelonch.

228 plaquages et un essai de rapine

Cette victoire ? Les Bleus l’ont d’abord construite à grands coups d’épaule, malgré une évidente supériorité physique des Australiens. Qu’on en juge par les chiffres : 25 plaquages pour Arhur Vincent, 23 pour Anthony Jelonch et Ibrahim Diallo, 20 pour Cazeaux, ou encore 15 pour Woki, Barlot et Danty. Des statistiques extraordinaires qui situent assez bien la portée du sacrifice consenti par les Tricolores au moment de défendre leur ligne d’en-but, qui bénéficièrent en outre d’un petit coup de pouce du destin pour refuser un doublé au terrible Koroibete. Une capacité à plier sans rompre qui se traduisit encore plus sur l’essai de Damian Penaud, capable avec l’aide de Vincent et Woki de se créer un festin avec quelques miettes derrière une attaque sur le reculoir, signe de cette volonté à de ne jamais rien lâcher.

Pour le plaisir, la percée de Melvyn Jaminet ?#AUSFRA pic.twitter.com/gLk9Yv8vNf

— Canal Rugby Club (@CanalRugbyClub) July 13, 2021

Leçons retenues

Le plus drôle, au final ? Il est que ce deuxième test, comme un fait exprès, fournit aux Bleus l’occasion de prouver qu’ils avaient retenu les leçons de leur récent passé. Et si le télescopage entre Dany et Woki nous fit nous désespérer à la fin de la première mi-temps, offrant sur un plateau aux Wallabies une occasion de recoller au score par Gordon, force fut de constater en fin de rencontre que le « scenario » par évoqué par Fabien Galthié était désormais maîtrisé, les Bleus ayant cette fois la lucidité de jouer à la main la dernière pénalité provoquée par un contest de Macalou, avant d’envoyer le ballon en touche pour sauter de joie d’autant plus haut. Dans quatre jours à Brisbane, les Bleus s’avanceront ainsi pour remporter le premier trophée de l’ère Galthié. Qui l’eut cru ? Peut-être même pas eux, mais c’est ainsi que l’aventure est balle...

CETTE FOIS-CI, C'EST LA BONNE ! VICTOIRE @FRANCERUGBY \ud83d\ude0d\ud83c\uddeb\ud83c\uddf7

Le #XVdeFrance gagne en Australie pour la première fois en 31 ans (30 juin 1990) !!! Bravo les Bleus ! \ud83d\udc4f

Rendez-vous ce samedi à 12H sur @canalplus pour le 3ème et dernier test ! \ud83d\udd25#AUSFRA #NeFaisonsXV pic.twitter.com/WvTBN4vwfU

— Canal Rugby Club (@CanalRugbyClub) July 13, 2021
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
monach Il y a 2 mois Le 13/07/2021 à 21:35

Qu'elle VICTOIRE !! avec Une équipe de coiffeurs,, mais quels coiffeurs !!!! Quand avec Woky en 2em ligne et Danty en 3em !!! On est capables de pulvériser la mêlée adverse pour gagner ce match, quand Macalou résiste à 2 ou 3 deblayages pour gagner la dernière pénalité.
LÀ MESSIEURS JE N'AI QU'UN MOT, ENFIN, 2 A VOUS DIRE:
CHAPEAU BAS !!!!!!!! ET MERCI. À SAMEDI. 👍👍