Graou, le dynamiteur

  • Le demi de mêlée Paul Graou arrive à Agen avec ambition.
    Le demi de mêlée Paul Graou arrive à Agen avec ambition. MIDOL - Icon Sport
Publié le

À 23 ans, le feu follet gersois, fils de Stéphane, débarque à Agen où sa carrière pourrait prendre de la hauteur.

Bon sang ne saurait mentir. Paul Graou, fils de Stéphane, pilier international aux huit sélections passé par Auch et Colomiers, débarque à Agen pour répondre à l’appel d’un nouveau challenge. « C’est une nouvelle aventure pour moi », explique le jeune demi de mêlée de 23 ans qui s’apprête à faire la connaissance de ses nouveaux coéquipiers mercredi, à l’occasion de la reprise.
Pour Paul Graou, cette signature à Agen s’est imposée comme une évidence : « C’est à la suite d’une discussion avec Régis Sonnes que j’ai décidé de rejoindre le projet agenais. Régis a su jouer sur la fibre locale, il voulait des gars du coin pour s’identifier au club. J’ai accepté car le challenge est très intéressant pour moi. Le groupe est revanchard et même si la saison dernière fut un échec, cette équipe-là fait partie des grosses écuries du Pro D2. C’est motivant d’évoluer dans un groupe qui a de l’ambition. »
Pour la première fois de sa carrière, Paul Graou évoluera dans un groupe où les demis de mêlée seront des joueurs de sa catégorie d’âge, avec notamment Théo Idjellidaine et Dorian Bellot. « À Montauban, les numéros 9 avec lesquels j’étais en concurrence avaient souvent dix ans de plus que moi. J’étais systématiquement le plus jeune. Là, ce sera différent et c’est une bonne chose. Nous serons dans une saine concurrence et nous nous tirerons vers le haut les uns les autres. »


Une action restée dans les annales

 

Si Stéphane, son papa, évoluait pilier et était pour le moins sevré de ballon et d’espace, Paul, lui, a toujours tenu à garder la balle près de lui. « Je ne me voyais pas jouer ailleurs qu’à la charnière », annonce fièrement le jeune numéro 9 qui ne pense pas avoir de style de jeu bien défini. « Je me plais dans toutes les formes de rugby, reprend Paul Graou. J’aime porter le ballon, créer la confusion dans la défense adverse mais mon rôle est aussi de participer au jeu des gros en étant un neuvième avant. J’aime bien aussi défendre et participer à l’effort collectif. » Une action restée dans les annales de la dernière saison de Pro D2 illustre bien toutes les qualités du joueur : ce soir-là, face à Aurillac, après un départ au ras d’un regroupement, Paul déposait sur ses seuls appuis sept défenseurs adverses pour offrir un essai splendide à son partenaire Aviata Silago grâce à une sublime chistera. Du grand art.
Alors, que souhaiter au Gersois de naissance ? « Collectivement, je veux qu’Agen oublie la saison dernière et reparte de l’avant. À titre personnel, j’espère avoir du temps de jeu et m’affirmer pour aider l’équipe. » Allez, musique maestro !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?