Hors des sentiers battus

  • Le ROC prépare sa saison avec l'ambition de faire mieux que l'année passée.
    Le ROC prépare sa saison avec l'ambition de faire mieux que l'année passée. Amandine Noel / Icon Sport - Amandine Noel / Icon Sport
Publié le

En améliorant le contenu de son projet à chacun de ses niveaux, le ROC, guidé par un manager de convictions, est en train de se construire une nouvelle image.

Sur les terres rondes du Maine-et-Loire, le rugby doit dépenser une folle énergie pour creuser son sillon, ce qui ne signifie pas que la discipline est dévaluée. Loin s’en faut. Pour s’en convaincre, il suffit de plonger dans le bain pétillant du RO Cholet que préside Jean-Philippe Lannaud. Le ROC a changé, son image était écornée et le blason devait être redoré, notamment auprès du milieu scolaire. À la demande du président, le manager sportif Eric Jovanovic s’y est engagé et la machine est sur les rails. L’école de rugby dont Sébastien Bouillon a la charge et qui va recevoir le renfort d’un salarié club, Kevan Tacite, s’en trouve revigorée. En vérité, c’est le club dans son ensemble aidé par le dynamisme de ses bénévoles qui progresse dans son fonctionnement quelque peu atypique. Éric Jovanovic, ex-angevin, a fait le choix de sortir des sentiers battus : « Le Covid nous a aidés en faisant émerger toutes les idées que nous avions sur le papier. J’entraîne avec Laurent Joubert, la réserve a été confiée à Dominique Guilhem et Ludo Katena mais depuis deux ans il manquait dans la structure un entraîneur des avants. Romain Moreau et Daniel Tabary (pour la mêlée) ont été recrutés entraîneurs-joueurs car ils sont de gros leaders et ils possèdent une grande expérience. Cette évolution était une volonté du staff et des joueurs.  »


Sous le régime de la collégialité

 


De fait, au ROC les décisions sont prises collégialement entre entraîneurs et joueurs. Toutes les sept semaines un point de passage permet de discuter des objectifs, de l’équipe et du contenu des entraînements. « Si on ne s’écoute pas il est difficile d’avancer, prône le manager. Cela ne veut pas dire que les joueurs sont décisionnaires mais ils sont à l’écoute, ils sont en phase avec la réalité et ils se responsabilisent. On écrit le projet ensemble. Nous avons le soutien total du Comité directeur et du président. Nous n’avons pas carte blanche mais nous sommes assez libres de nos choix et nous savons les exprimer et convaincre. » Éric Jovanovic se targue de ne jamais annoncer à ses joueurs une info qui ne serait pas validée.

Si le Covid n’a pas été vraiment néfaste, le club manifeste sa volonté d’aider les joueurs dans leur activité sportive et dans leur vie au quotidien et cette approche globale du rugby a été entendue du côté de la mairie qui n’était pas intervenue sur les installations choletaises depuis plus de dix ans. Le 3 juin dernier, le maire Gilles Bourdelaix et son adjointe aux sports Florence Dabin sont venus faire une visite du site en s’engageant à réaliser divers travaux, dont la réfection de la tribune, qui permettront au ROC d’envisager avec une plus grande sérénité une accession à la Fédérale 3. Un objectif que les Choletais relancés ne craignent pas aujourd’hui d’afficher haut et fort.

 

Rugby Olympique Choletais

Date de création : 1966
Nombre de licenciés : 250
Plus haut niveau atteint : Deuxième division nationale
Palmarès : champion Pays de la Loire Honneur 2002, 2013, 2018. Champion PDL Réserve Honneur 2002. Champion PDL 1re Série 2008, 2011. Champion PDL 4e série (équipe 2) 2008, 2009. Champion de France Danet 1996. Champion Grand Ouest Danet 2008, 2009. Cholet/Les Herbiers 2011. Champion de France Honneur 2018
Budget : 250 000 €

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gérard PIFFETEAU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?