Ibrahim Diallo : « On voulait marquer l'histoire »

  • Le troisième ligne français Ibrahim Diallo s'est confié sur sa passe décisive pour Damian Penaud et l'importance d'avoir gagné le deuxième test.
    Le troisième ligne français Ibrahim Diallo s'est confié sur sa passe décisive pour Damian Penaud et l'importance d'avoir gagné le deuxième test. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Auteur de la passe décisive sur l'essai de Damian Penaud, le jeune troisième ligne français a été omniprésent en défense avec 23 plaquages réalisés. Après la rencontre, le Racingman explique la volonté du groupe de marquer l'histoire en Australie.

Sur l'essai de Damian Penaud vous faites la passe en position de relayeur qu'est-ce que vous vous dites quand le ballon part des mains ?

Quand j'entends la combi j'envoie le ballon et je vois qu'il part à six mètres derrière et quand je vois que ça passe je suis tout content ! Mais je me suis dit 'c'est quoi cette mauvaise passe que j'ai envoyé..! C'est la chance du débutant clairement !


Premier match et première victoire historique en Australie, comment vous l'avez ressenti ?

C'est énorme, on avait répété cette semaine qu'on avait pas gagné ici depuis 30 ans, qu'on avait un bon groupe et qu'on pouvait gagner les matches ici. On voulait pas repartir sans gagner un match, on voulait vraiment marquer l'histoire et on a tout donné pour ramener cette victoire historique.


Qu'est-ce qui te met à l'aise dans le staff de Fabien Galthié ?

Dès qu'on est arrivé on a tout de suite été pris en charge par le staff et les préparateurs physique. À l'entraînement ils ont été très patients pour bien nous expliquer le plan de jeu et à la fin comme nous le répètent les entraîneurs, notre projet de jeu doit être simple, efficace et rapide. C'est pas le plus difficile à intégrer mais il faut être placé au bon endroit au bon moment pour gagner un match.


La fin du match c'est un copié-collé de la semaine dernière, vous avez préparé le scénario cette semaine ?
Quand on a perdu le match de la semaine dernière c'était un petit traumatisme, on s'est rendu compte qu'on n'était pas préparé à ce genre de scénario. Et pour le deuxième match, on a pas eu besoin de travailler beaucoup on savait ce qu'on avait à faire. Les derniers matches de l'équipe de France se jouent souvent à la dernière minute comme répètent les entraîneurs, on savait qu'on devait pas répéter la même erreur pour finalement gagner ce match.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?