Le match en chiffres : les Bleus encore à la faute

  • Les Bleus ont trop été pénalisés pour arracher la victoire.
    Les Bleus ont trop été pénalisés pour arracher la victoire. Photox - Scott Powick
Publié le

Ce troisième match entre Australiens et Français a beaucoup ressemblé aux deux précédents. Forcément, les statistiques sont aussi similaires, à commencer par le nombre de pénalités concédées par les tricolores. Les Bleus n'ont pas eu la possession mais ils ont été plus efficaces. 

95 % de plaquages réussis

Les Bleus ont encore livré un grand match dans le secteur défensif, même s’ils ont beaucoup moins plaqué que lors du deuxième test. Ils ont effectué 139 plaquages et en ont réussi 132 soit un taux de réussite de 95 %, ce qui est phénoménal. Les Australiens n’ont pas eu la même efficacité avec seulement 86 % de plaquages réussis.

36 % de possession

L’équipe de France a encore une fois laissé la possession aux Australiens. Les Bleus n’ont eu que 36 % de possession, restant dans leurs standards des deux premiers matchs (34 % lors du premier, puis 37 % lors de la victoire tricolore).

281 mètres parcourus ballon en main

Avec peu de munitions, les Français ont su être efficaces et ils n’ont pas hésité à partir de loin, comme sur l’essai de Pierre-Louis Barassi. Résultat, ils ont parcouru plus de terrain que les Australiens ballons en main ! Les Bleus ont gagné 281 mètres en 68 courses, contre 246 mètres pour les Wallabies en 96 courses.

14 pénalités concédées

Comme depuis le début de la tournée, les Bleus ont souffert au niveau de la discipline. Ils ont concédé quatorze pénalités, comme lors du premier test. Les Australiens, qui ont plus tenu le ballon, sont restés sous la barre des dix pénalités (9).

1 échec pour Jaminet

Melvyn Jaminet, le buteur et arrière du XV de France, a connu son premier échec en Bleu lors d’une tentative de but à la 55e minute de ce troisième test. Le Catalan avait aussi manqué un drop lointain en tout début de seconde période. Sinon, il a encore été un des grands bonhommes du XV de France en étant sûr sous les ballons hauts australiens et en réussissant un franchissement.

1 maul perdu

L’équipe de France aura été contrée une seule fois sur maul. Malheureusement, cet échec est arrivé sur la dernière pénaltouche de la rencontre, offrant ainsi la victoire à l’Australie.

17 plaquages pour Azagoh

Le deuxième ligne parisien, Pierre-Henri Azagoh, promu titulaire la veille de la rencontre en raison du forfait de Cyril Cazeaux blessé à une cheville, a été le meilleur plaqueur de ce troisième match avec 17 plaquages réussis. Le talonneur Gaëtan Barlot (14) et le troisième ligne Dylan Cretin (12) complètent le podium.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (4)
Popeye-le-Marin Il y a 4 mois Le 19/07/2021 à 08:43

Pour une fois, une tournée lointaine particulièrement utile, qui a permis de confirmer voire de révéler de nouveaux joueurs pouvant devenir titulaires en équipe de France !

Racahout Il y a 4 mois Le 17/07/2021 à 23:41

On stigmatise les pénalités concédées mais c’est logique d’en concéder plus lorsqu’on joue la dépossession : avec seulement 36% de possession, les risques de hors jeu ou autres sont enormissimes, ce qui donnera toujours 5-6 pénalités en plus, donc 9 à 12 points si tentables

Djive-ST Il y a 4 mois Le 17/07/2021 à 21:40

Avant leur départ et avant le premier test on ne donnait pas cher de leur peau à ces « Peu capés »

Le premier match a donné le tempo de ces jeunes français sortis des centres de formation hexagonaux. ils nous ont surpris !

Battus d’un cheveu sur une « faute de jeunesse » au premier match ils ont pris leur revanche au second pour montrer ce qu’ils avaient dans le ventre

Le troisième match les wallabies avaient la température des bleus et savaient où faire mal… Jelonch n’a pas été visé par hasard par ce malabars qui ne sait pas freiner ?

Même à 14 et connaissant les forces et faiblesses des bleus et avec dans leur rang des « vieux routiers » ils ont su « vaincre » grâce à leur expérience

Mais ce qui m’interpelle le plus ce sont les questions suivantes :

Cette jeunesse, dont la majorité sont BI -champion du monde moins de 20 ans, ont été élevé aux mamelles du professionnalisme, ne sont ils pas en réalité le renouveau du rugby français et les vrais gagnants de ces matchs internationaux ???

Et Galthié et sa clique ne bénéficient-ils pas de cette jeunesse dorée ?

Ils surfent sur la vague du renouveau professionnel bien formé en club ?

Pour l’instant, il ne faut pas l’oublier, GALTHIÉ N’A RIEN GAGNÉ, il a simplement dans les mains les clefs d’une Formule 1… et manifestement et on le voit sur cette tournée, il n’a pas su l’optimiser cette formule 1