Bilan joueurs - les déceptions : Carbonel, occasions manquées

  • Bien que très actif en défense, le demi d'ouverture Louis Carbonel n'a pas satisfait lors de la tournée en Australie
    Bien que très actif en défense, le demi d'ouverture Louis Carbonel n'a pas satisfait lors de la tournée en Australie Icon Sport
Publié le

À proprement parler, Louis Carbonel n’est l’auteur ni de bévues majuscules, ni de fautes de goût particulièrement grossières et qui auraient directement influé sur l’issue de cette tournée en Australie. Le problème est qu’on attendait mieux de l’ouvreur du RCT : dans un groupe largement remanié, il comptait parmi les rares à vivre cette aventure bleue depuis le début de l’ère Galthié. Une antériorité qui devait en faire un leader de cette tournée. Chose qu’il n’a finalement jamais incarnée : très discret lors des deux premiers tests, Carbonel n’a pas eu d’influence majeure sur le jeu des Bleus. La gestion stratégique est plutôt revenue à Couilloud et Vincent ; le jeu au pied également au demi de mêlée lyonnais et les tirs au but, dont il avait la charge au premier test, ont ensuite été confiés à Melvyn Jaminet.
Finalement, il est sorti de la composition d’équipe pour le dernier test-match. Entre les lignes, le décompte des blessés par Fabien Galthié laissait entendre que le remplacement de Carbonel par Hastoy était le seul véritable choix stratégique du sélectionneur. Dur, quand on sait que Carbonel déplorait déjà un peu de retard dans la hiérarchie au poste, vis-à-vis de Matthieu Jalibert et Romain Ntamack, et que cette tournée australe devait être l’occasion pour lui de se montrer enfin à son avantage.
Comme lui, mais avec un retentissement certainement moindre, d’autres joueurs n’ont pas profité de ce contexte australien pour se montrer à leur avantage. On pense ici à Teddy Iribaren, qui paye cher la gestion de fin de match ratée du premier test. Samedi, en clôture, il n’est pas entré en jeu. On pense à Baptiste Pesenti, si séduisant à l’automne dernier et qui est finalement resté en retrait de la hiérarchie à son poste, derrière Romain Taofifenua, Killian Geraci, Cyril Cazeaux mais également Pierre-Henri Azagoh, qui lui a été préféré à deux reprises malgré son inexpérience internationale.
Enfin, toujours devant, le pilier Clermontois Sipili Falatea avait raté sa première entrée en jeu, sa seconde ne fut pas plus convaincante… Tout comme celle de Quentin Walcker qui a été hors sujet lors du 3e test notamment en mêlée.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?