Bilan joueurs - les révélations : Barlot étonne, Diallo sur sa lancée

  • Le talonneur Gaëtan Barlot (France) porte la balle face à l'Australie
    Le talonneur Gaëtan Barlot (France) porte la balle face à l'Australie Icon Sport
Publié le

Plusieurs néo-capés ont saisi l’occasion de montrer toute l’étendue de leur talent au staff tricolore. Tour d’horizon.

Au moins, cette tournée réalisée sans les finalistes de Top 14 et de nombreux autres blessés aura eu le mérite de permettre à plusieurs néocapés de montrer qu’ils avaient le niveau international. Nous en avons listé cinq.

 

Barlot, Jaminet, Forletta et Azagoh, made in Pro D2


La situation de quatre de ces hommes est pour le moins singulière : il n’y a pas si longtemps que cela, ils évoluaient encore en Pro D2. Gaëtan Barlot faisait le bonheur de Colomiers, Enzo Forletta celui de l’Usap tandis que Pierre-Henry Azagoh ferraillait pour maintenir Massy dans le monde professionnel. Et que dire de Melvyn Jaminet, directement passé de la case Pro D2 à celle du XV de France ? La saison dernière, l’arrière a guidé l’Usap vers une remontée en Top 14 grâce à ses coups de pied précis et ses relances inspirées. Par là même, il a tapé dans l’œil du staff du XV de France qui a souhaité lui donner sa chance. Après un premier test délicat, le Catalan a parfaitement relevé la tête en étant un des acteurs majeurs de la victoire tricolore lors du deuxième test, avec notamment un remarquable 8/8 face aux perches.
Gaëtan Barlot s’est illustré par son dynamisme balle en main, et son sens de l’initiative pour redynamiser les ballons au ras des rucks. Excellent dans le deuxième test, il était partout : au plaquage, au grattage, à la percussion… il s’est aussi montré rigoureux en défense (15/16). Enzo Forletta a signé une belle entrée en jeu lors du deuxième test en remplaçant Jean-Baptiste Gros, lui aussi très en vue. Il s’est surtout montré à la hauteur de sa première titularisation lors du troisième test. On aurait même aimé qu’il reste plus longtemps sur le terrain, tant son remplaçant Quentin Walcker fut dominé par Taniela Tupou. Mais de ces quatre hommes, celui qui possède la trajectoire la plus folle est sans doute le Parisien Pierre-Henri Azagoh. En janvier dernier, alors qu’il ne jouait pas du tout, le Stade français a songé à le prêter à Aurillac pour éviter de lui faire perdre son temps. Puis, les blessures de certains de ses coéquipiers ont fini par lui donner une chance. Et comme il a donné pleine satisfaction, il a disputé la fin de saison parisienne en s’imposant aux dépens de Yoann Maestri. Il a donc débarqué en Australie avec seulement 10 feuilles de match de Top 14 à son actif, et 5 titularisations ! Mais c’est aujourd’hui une évidence, le champion du monde des moins de 20 ans s’est montré au niveau imposé par les Australiens, à l’image de ses 17 plaquages réussis pour le troisième test.

 

Diallo à toute vitesse


Le flanker du Racing Ibrahim Diallo ne découvrait pas le haut niveau, car il compte trois saisons de Top 14 avec son club. Après deux passées dans le rôle d’observateur, il a littéralement explosé cette année au Racing, totalisant 25 apparitions pour 18 titularisations toutes compétitions confondues. Et à l’instar de Barlot ou de Forletta, Diallo a profité en Australie de l’excellente dynamique qu’il a créée en signant une remarquable saison en Top 14. Certes, on retiendra sa mauvaise passe en position de relayeur qui, de façon improbable, mena à l’essai de Damian Penaud quelques instants plus tard. Mais on se souviendra aussi et surtout de son immense abattage défensif sur le terrain, qui permit aux Bleus de sortir victorieux du deuxième test.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?