C’est le Ponpon sur la Garonne

  • Le troisième ligne aile de Colomiers  Waël Ponpon est prêt à se relever après une saison minée par une entorse à la cheville.
    Le troisième ligne aile de Colomiers Waël Ponpon est prêt à se relever après une saison minée par une entorse à la cheville. Photo M.O - D.P. - Photo M.O - D.P.
Publié le

Passé professionnel, le joueur de 23 ans, révélation de la première partie de saison dernière, entend confirmer et s’affirmer davantage dans le collectif columérin.

Sur les terrains annexes de Michel-Bendichou et en salle de musculation, s’il y en a bien un qui ne lésine pas sur la préparation et les efforts, c’est lui. « Waël est un acharné de travail, il travaille énormément durant cette intersaison. Il veut être prêt, ce n’est plus un joueur du centre de formation » délivre Fabien Berneau, l’entraîneur des avants du club à la colombe, qui connaît bien - pour l’avoir eu sous ses ordres dès 2015 - celui qui a été la révélation des quatre premiers mois de l’exercice précédent. Titulaire à neuf reprises, et auteur de treize feuilles de match, le troisième ligne casqué au profil coureur-plaqueur avait épaté tout son monde avec des prestations très abouties et convaincantes. À tel point que Fabien Galthié et son staff l’avaient convoqué en janvier pour être le coéquipier de luxe et le partenaire d’entraînement d’un XV de France en pleine préparation du tournoi des 6 Nations. « Tout est allé très vite » reconnaît le principal intéressé, qui n’aura pu malheureusement pousser les portes de Marcoussis. La faute à une « entorse vraiment moyenne au niveau du genou droit, et cinq à six semaines d’absence. » Derrière, il a fallu non sans mal « se refaire sa place dans une troisième ligne très concurrentielle ». Avec seulement cinq feuilles de matchs entre fin janvier et mai, et deux titularisations, Waël Ponpon a connu une deuxième partie d’exercice plus délicate. Il n’était d’ailleurs pas présent sur la feuille de match du barrage à Oyonnax. « J’étais sur un double projet, aussi. J’avais des examens et une licence de droit à valider, qui m’a fait louper des entraînements » explique-t-il.


Prêt à franchir un cap

 

« Sa blessure la saison dernière lui a clairement coupé l’herbe sous le pied car il était sur une très bonne dynamique. Mais, il a aussi appris de cette première saison complète » rajoute Fabien Berneau. Son protégé acquiesce : « Une saison en Pro D2, c’est long. Il faut savoir se gérer, ne pas être toujours à 120 % à l’entraînement. Pour pouvoir faire des gros matchs le week-end, il faut réussir à gérer son corps et ses efforts. J’ai tendance à trop en faire naturellement, je suis comme ça. Mais, là, je vois que ce n’est peut-être pas la meilleure solution. Il faut que je sois plus dans l’intelligence, dans l’organisation pour vraiment faire une saison sur 30 matchs. »
Désormais professionnel - il a paraphé un contrat jusqu’en 2024- Waël Ponpon vise la constance dans les performances, avec l’objectif de « franchir un cap » comme il l’affirme. Membre d’une génération 97 qui brille de mille feux en Top 14 avec Gaëtan Barlot, et dans un futur proche Bastien Vergnes, il reconnaît en eux des « modèles de réussite. »
« Il a la bouteille, la maturité, l’expérience, le vécu pour venir s’imposer à son poste de troisième ligne. C’est un compétiteur et c’est la saison de la confirmation et de l’affirmation pour lui » conclut Fabien Berneau.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?