Revue de l'élite - Demis de mêlée : Dupont, roi incontesté des 9 français

  • Le demi de mêlée de Toulouse, Antoine Dupont, s'est imposé comme le meilleur numéro 9 du Top 14 cette saison.
    Le demi de mêlée de Toulouse, Antoine Dupont, s'est imposé comme le meilleur numéro 9 du Top 14 cette saison. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Antoine Dupont a une nouvelle fois brillé cette saison. Le demi de mêlée toulousain évolue sur une autre planète depuis quelque temps.

#1 Dupont le phénomène

Est-il encore besoin de présenter Antoine Dupont ? À 24 ans, celui que l’on surnomme le « ministre de l’Intérieur » a déjà tout gagné avec son club, le Stade toulousain. Après avoir décroché son premier Brennus en 2019, le natif de Castelnau-Magnoac a fait coup double cette saison en décrochant sa première Coupe d’Europe avant d’enchaîner sur un nouveau titre de champion de France.
Côté chiffres, Dupont c’est pas mal non plus. Sept essais en seulement quinze matchs de Top 14. Alors certes le demi de mêlée toulousain a cette science du déplacement qui lui permet de sortir toujours à l’intérieur de son coéquipier qui franchit mais Dupont ce n’est pas seulement ça. C’est aussi 21 franchissements et pas moins de 55 défenseurs battus… Des chiffres ahurissants pour un numéro neuf ! (seuls Matthis Lebel et Pita Ahki font mieux dans l’effectif rouge et noir mais avec un temps de jeu supérieur…) Mais Antoine Dupont c’est aussi cette action défensive de grande classe sur Simon Zebo, où l’international français se permet le luxe d’arracher le ballon au contact à l’Irlandais puis de finir dans l’en-but du Racing quelques secondes plus tard. C’est également cette claquette géniale contre le Stade français pour envoyer Matthis Lebel à l’essai. Bref, une nouvelle saison pleine de coups d’éclat de celui que beaucoup considèrent déjà comme le meilleur joueur du monde !

#2 « KB9 », le métronome

Alors certes Tawera Kerr-Barlow est moins flamboyant qu’Antoine Dupont. Mais alors quel impact du Néo-Zélandais sur son équipe. Tout au long de la saison, l’ancien joueur des Chiefs a rythmé le jeu rochelais, pesant notamment sur les défenses adverses. Comme en finale de Champions Cup, où le Kiwi s’est offert un essai en toute fin de match… Comme aussi en demi-finale de Top 14 face au Racing 92 où la variété de ses choix et la qualité de son jeu au pied de pression, associé à West, ont écœuré les Franciliens. Insuffisant cependant pour inverser le cours d’une, voire de deux finales. C’est peut-être là son regret : d’avoir fait deux finales sans décrocher le moindre trophée. D’ailleurs « KB9 » a peut-être fait des cauchemars de son deux contre 1 mal négocié avec Arthur Retière en finale de Top 14. Mais bon, les supporters rochelais peuvent-ils vraiment lui en vouloir ? Probablement pas après tous les services rendus par le All Black (27 sélections) au Stade rochelais depuis son arrivée en 2017.

#3 Serin, le nouveau patron du RCT

Si le RCT n’a pas réussi la saison escomptée en n’accédant pas aux phases finales, Baptiste Serin n’a quant à lui pas déçu. Le demi de mêlée international (27 ans, 42 sélections), pour sa première saison pleine sur la rade, s’est affirmé comme un des leaders de jeu des Rouge et Noir. Au point d’en devenir un capitaine par intermittence en fin de saison. Ce qui fut remarqué, que ce soit par les adversaires ou par les arbitres, Baptiste Serin n’ayant pas toujours la langue dans sa poche…
Durant toute la saison, l’ancien Girondin a formé une charnière très prometteuse avec le jeune et talentueux Louis Carbonel, au point de réduire l’international tonguien Sonatane Takulua au rang de remplaçant des dernières minutes. Un rôle que Serin occupe désormais en équipe de France derrière l’intouchable Antoine Dupont, d’ailleurs.

Les surprises : le réservoir français s’étoffe en « 9 »

Derrière Antoine Dupont, Baptiste Serin et Baptiste Couilloud, les prétendants pour guider le paquet d’avants du XV de France sont de plus en plus nombreux. Teddy Iribaren a connu ses premières sélections en Australie cet été. Clovis Le Bail (25 ans) était aussi du voyage après sa belle saison en Béarn. Le Palois s’est partagé le temps de jeu avec Thibault Daubagna et Samuel Marques à la Section mais a su se montrer décisif notamment grâce à son explosivité et sa vitesse. Le Bail a notamment inscrit huit essais, devenant le meilleur marqueur des Béarnais. Autre prétendant aux Bleus pour 2023, voire avant, Nolann Le Garrec connaît une éclosion précoce. Le Racingman n’a fêté que ses 19 ans en juin dernier et pourtant fait preuve d’une incroyable maturité. Capitaine des Bleuets durant le dernier Tournoi des 6 Nations, Le Garrec pourrait rapidement grimper dans la hiérarchie et découvrir les grands Bleus rapidement.

Derrière Machenaud et Iribaren, l’ancien Vannetais s’est affirmé, étant même sur la feuille de match en barrages contre le Stade français. De son côté, Thomas Berjon (23 ans) a séduit quand le staff maritime a fait appel à lui pour faire souffler Tawera Kerr-Barlow. Le Rochelais a joué 18 matchs de Top 14 (pour 7 titularisations) et inscrit trois essais. Il fait partie des belles surprises à ce poste. Tout comme l’international uruguayen du CO Santiago Arata (24 ans, 43 sélections). Derrière Rory Kockott, le Sud-Américain a amené tout son punch, notamment défensivement où il s’est montré redoutable assénant plusieurs plaquages offensifs ! L’Uruguayen devrait glaner encore un peu plus de temps de jeu cette saison.

Les déceptions : Arthur Coville a du mal à s’imposer 

Capitaine des champions du monde des moins de 20 ans en 2018, Arthur Coville est toujours promis à un avenir radieux. Seulement l’ancien Vannetais doit faire face à la concurrence au Stade français de James Hall, auteur d’une saison remarquable. Coville quant à lui, pas épargné par les blessures a du mal à s’imposer et a même dû dépanner à l’ouverture sur quelques bouts de matchs en fin de saison. S’ils se partageaient le temps de jeu sur la première moitié de championnat, le Sud-africain a pris l’ascendant au point de reléguer Arthur Coville sur le banc pour toute la fin de saison et en barrages… Sonatane Takulua de son côté était voué à jouer les pompiers de service derrière Baptiste Serin. Malheureusement pour le RCT, l’international tongien a eu sa chance pendant les périodes internationales mais il a manqué le coche notamment à Brive, où il loupa la pénalité de la gagne. Avec l’arrivée de Julien Blanc sur la rade, Takulua voit débarquer un sérieux concurrent dans la rotation…

 

Le classement

 

1. Antoine DUPONT
Toulouse - Né le 15 /10/1996 - 1,74 m ; 85 kg
Temps de jeu : 1030 minutes - Points : 35
International français - 32 sélections

2. Tawera KERR-BARLOW    
La Rochelle - Né le 15/08/1990 - 1,87 m ; 91 kg
Temps de jeu : 1293 minutes - Points : 15
International néo-zélandais - 27 sélections

3. Baptiste SERIN    
Toulon - Né le 20/06/1994 - 1,80 m ; 76 kg
Temps de jeu : 1130 minutes - Points : 66
International français - 42 sélections

4. Maxime LUCU    
UBB - Né le 12/01/1993 - 1,77 m ; 79 kg
Temps de jeu : 1466 minutes - Points : 58

5. Cobus REINACH    
Montpellier - Né le 7/02/1990 - 1,75 m ; 85 kg
Temps de jeu : 1342 minutes - Points : 45
International sud-africain - 14 sélections

6. Morgan PARRA    
Clermont - Né le 15/10/1988 - 1,80 m ; 81 kg
Temps de jeu : 1168 minutes - Points : 147
International français - 71 sélections

7. James HALL    
Paris - Né le 2/01/1996 - 1,73 m ; 82 kg
Temps de jeu : 1387 minutes - Points : 20

8. Baptiste COUILLOUD    
Lyon - Né le 22/07/1997 - 1,76 m ; 84 kg
Temps de jeu : 826 minutes - Points : 30
International français - 5 sélections

9. Julien BLANC    
Brive - Né le 4/10/1992 - 1,75 m ; 81 kg
Temps de jeu : 1175 minutes - Points : 9

10. Maxime MACHENAUD    
Racing 92 - Né le 30/12/1988 - 1,74 m ; 87 kg
Temps de jeu : 1221 minutes - Points : 203
International français - 38 sélections

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?