Duhan van der Merwe, un Springbok au milieu des Lions

  • L’ailier des Lions britanniques Duhan van der Merwe a déjà inscrit 5 essais depuis le début des matches de préparation.
    L’ailier des Lions britanniques Duhan van der Merwe a déjà inscrit 5 essais depuis le début des matches de préparation. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’ailier écossais, né en Afrique du Sud, disputera le premier test de la tournée face aux Springboks et certains de ses anciens coéquipiers.

La place d’ailier se jouait entre Josh Adams, meilleur marqueur des Lions avec huit réalisations, et Duhan van der Merwe. Le second a finalement été retenu par Warren Gatland pour faire mal à la défense sud-africaine, ce samedi à 18 heures. Tout un symbole pour le puissant Écossais né à George, dans le pays arc-en-ciel, et qui a fait toutes ses classes en Afrique du Sud.

En mai dernier, l’ancien sélectionneur des Springboks, Rassie Erasmus évoquait d’ailleurs le parcours du grand blond (1,93 m ; 105 kg) : "Il faisait partie de l’équipe de Handré Pollard qui a perdu en finale du Mondial moins de 20 ans en 2014, donc nous le connaissons assez bien. Il a fait sa formation avec la fédération sud-africaine jusqu’en moins de 20 ans, et je me souviens m’être assis avec lui et son père dans le bureau pour discuter de son avenir à 7 car il avait fait plusieurs essais avec l’équipe. Finalement, je ne sais pas pourquoi il n’a pas voulu y aller… Voulait-il directement aller vers le XV ? Il a parcouru le chemin complet dans le rugby sud-africain et nous ne sommes pas du tout dans l’état d’esprit "parce qu’il ne joue pas ici, il ne mérite pas de jouer ailleurs"."

Édimbourg, "là où tout a commencé"

Des moins de 20 ans aux Blue Bulls en passant par l’équipe universitaire de Pretoria, Duhan van der Merwe s’est finalement exilé en 2015 vers Montpellier. En seulement quatre matchs il a inscrit trois essais mais a finalement repris ses valises au bout d’une saison, barré par la concurrence de Timoci Nagusa et Nemani Nadolo. Outre-Manche, Édimbourg lui a donc proposé un contrat qui reste aujourd’hui comme la véritable rampe de lancement de l’ailier. "C’est vraiment ici que ma carrière a commencé" expliquait le mois dernier van der Merwe, auteur de 31 essais en 61 rencontres sous le maillot violet et orange. Arrivé en 2017 dans la capitale écossaise, il a profité de la règle "des 3 ans" autorisant un joueur étranger n’ayant jamais connu de sélection en professionnel, de postuler pour le pays d’accueil. Le 25 octobre 2020, van der Merwe disputa son premier match avec le XV du Chardon. En dix caps, il a déjà passé huit fois la ligne d’en-but adverse.

Sa sélection avec les Lions mal vue en Afrique du Sud

"Je ne sais pas quoi dire, je suis sans voix, c’est irréel !" Lorsque l’ailier a appris qu’il serait dans le groupe des Lions, Chris Paterson, entraîneur du jeu au pied de l’Écosse, s’est étonné de son large sourire. "Peu émotionnel" selon ses dires, Duhan van der Merwe a quand même "laissé couler beaucoup de larmes" au moment de l’annonce de Warren Gatland.

Dans son pays d’origine, l’ambiance était toute autre. Après le premier match de préparation face au Japon, le joueur a avoué avoir reçu des messages de critiques quant à sa sélection sous le maillot rouge. "Vous recevez ici et là des commentaires étranges comme "il est né en Afrique du Sud, il ne devrait pas représenter l’Écosse ou les Lions, il doit retourner en Afrique du Sud", ce genre de choses. J’ai juste ignoré ce que les gens ont dit sur les réseaux sociaux. Je sais ce que je ressens au plus profond de moi-même à l’idée de représenter les Lions et c’est tout ce qui compte."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?