Saga Grane - Reprendre du bon pied

  • Parmi les 1 700 âmes de ce village, plus d’un quart de la population se déplace au stade les week-ends pour soutenir les équipes locales autant en seniors qu’en féminines.
    Parmi les 1 700 âmes de ce village, plus d’un quart de la population se déplace au stade les week-ends pour soutenir les équipes locales autant en seniors qu’en féminines. Photo DR - Photo DR
Publié le

En difficulté, Grane va repartir en Troisième-Quatrième Série. Mais le club peut compter sur le retour sur le banc de Rémy Alligier pour retrouver une bonne dynamique.

En 2015, Grane sortait d’une finale perdue, contre Privas et s’apprêtait à remettre le couvert en Honneur. Le succès aidant, de nombreux joueurs ont été courtisés. Certains des cadres de l’équipe finaliste évolue maintenant à La Véore, qui joue en… Fédérale 2 ! Six ans plus tard, au sortir de deux saisons tronquées, le club drômois va repartir au plus bas niveau. En Promotion Honneur au début de la saison 2019-2020 avant la crise sanitaire, il a demandé lui-même à redescendre en Troisième-Quatrième Série, pour mieux rebondir. « Cela fait quatre saisons que les joueurs sont dans le dur, explique le président, William Guillemenet, en poste depuis deux ans, et qui espère lui aussi pouvoir retrouver les terrains comme dirigeant. Le Covid a confirmé nos difficultés à aligner deux équipes. L’objectif principal est de recréer un groupe, d’intégrer des juniors quand ils n’auront pas de matchs. »



Un village voué à un club

 

Le retour à la normale espéré devrait permettre aussi de se reconnecter avec son public. Plus qu’ailleurs, le long arrêt imposé aux rugbymen n’a pas été bien accueilli. Le long du Rhône, Grane est un club à part. Seule association sportive dans un village de 1 700 âmes, il réunit au moins un quart des habitants à chaque match à domicile, que ce soit pour les seniors masculins ou les féminines. « Il y a un esprit de clocher comme il en existe encore, sourit le président. Le village est voué à son club. Et le club fait beaucoup d’animations dans le village. Par exemple, tous les ans au mois de septembre, l’école de rugby est présente sur la place principale, avec des terrains gonflables. Mais cela reste difficile d’exister comme club et comme village. »
Il faut bien ça pour résister à la concurrence du football dans le village voisin, Allex, mais aussi, et surtout, à celle de ses voisins, qui se sont associés : l’entente entre Livron et Loriol (Loval, Promotion Honneur) est située à quelques kilomètres à l’Ouest, et à l’Est, Crest s’est associé avec Die (US Vallée de la Drôme, Promotion Honneur).


Pour rebondir, Grane pourra compter sur une pointure sur le banc. Présent dans le staff en 2015, l’ancien pilier, Rémy Alligier, jusqu’ici dans le staff de La Véore, revient pour aider le club à rebondir. Il sera seul à la tête de l’équipe, pour l’aider à redresser la tête. « Il connaît bien le club, ça devrait matcher, espère le dirigeant. Il va nous amener sa technicité, sa rigueur et de la cohésion d’équipe. » Par ailleurs, Grane s’est rapproché de la Véore, avec un partenariat qui permet à ses jeunes avec du potentiel d’évoluer là-bas. Des anciens en double licence sont susceptibles d’effectuer le voyage inverse pour un échange gagnant-gagnant. Du côté des féminines, dont l’équipe a été créée en 2017, on a également hâte de voir la saison reprendre. Avec un effectif stable, comme chez les garçons, hormis deux départs, un à Montpellier, un autre en Corse, chez les Ponettes, on vise un retour sur les terrains à la rentrée, pour reprendre du plaisir et retrouver son public.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?