Bourg-en-Bresse : une valeur sûre à l’ouverture

  • Une valeur sûre à l’ouverture
    Une valeur sûre à l’ouverture MO - MO
Publié le , mis à jour

Le numéro 10 argentin possède un énorme vécu en Pro D2. À l'aise pour faire jouer autour de lui, il peut vite devenir un leader de jeu décisif pour l'USB. 

Il est loin le temps où le petit Sebastián tâtait en famille le ballon ovale sur le stade de Rosario. À 29 ans, l’ouvreur argentin est l’une des valeurs sûres de Pro D2. Pour le devenir, il a fallu quitter Rosario, où il a débuté et grandi. Franchir un cap en équipe d’Argentine des moins de 20 ans et décider de tenter l’aventure en France. « Depuis que je suis petit, je voyais à la télé beaucoup de rugbymen argentins évoluer dans ce pays. Je pense que c’est un des meilleurs endroits pour tenter de devenir professionnel. » Son périple est une réussite alors qu’il entame une huitième saison pro en France. Il a défendu les couleurs de Tarbes, de Soyaux-Angoulême et de Colomiers. « J’espère amener l’expérience de ce qu’on a vécu dans les équipes où je suis passé, où j’ai parfois joué le maintien. Avec l’état d’esprit qu’il faut avoir. Un peu de connaissance de ce championnat même s’il y a ici de très bons joueurs, prêts à affronter celui-ci. » Son vécu et la qualité de son pied gauche seront appréciables pour le promu. « C’est un joueur expérimenté de par ses saisons en Pro D2 et un gros passé en Argentine, souligne l’entraîneur des arrières Alexis Lalarme. Il va apporter son vécu et sera un élément moteur dans l’avancée de notre jeu. » « Sebastián connaît le poste par cœur, appuie l’entraîneur principal Yoann Boulanger. Il maîtrise forcément les basiques du poste, tant sur le plan technique que sur la gestion et la stratégie. »

Prêt à distribuer

L’Argentin est un ouvreur qui aime faire jouer autour de lui, à l’aise pour distribuer et placer ses coéquipiers dans des brèches. « Il va aussi nous apporter du jeu au pied longue distance, note Alexis Lalarme. Pour les sorties de camp, occuper le camp adverse. Et le jeu au pied va devenir une véritable arme pour dégarnir le premier rideau défensif avec la règle du 50 : 22. »

Il est un renfort dans la conduite du jeu mais pas seulement. « On sent que c’est un leader, constate le coach des arrières. Qu’il a cette expérience et qu’il va savoir réguler selon les temps forts et temps faibles. Sebastián aura aussi un rôle d’accompagnateur auprès de Mathis Viard et Thibault Olender. »

L’Argentin va aussi amener une forme d’ambition à l’effectif. « Je jouais à Colomiers quand Bourg n’a pas réussi à se maintenir malgré ses 60 points, se rappelle Sebastián Poet. C’était une sensation bizarre, un peu dommage pour eux. Je me souviens que l’on sent la ferveur populaire quand on joue au stade Verchère. J’espère que nous ferons une bonne saison où l’on se souviendra des bons moments. Nous allons essayer de viser le plus haut possible dans le classement. Bien sûr, nous penserons au maintien mais il ne faut pas penser qu’à cela. Car tous les matchs sont gagnables, il faut les jouer comme des finales. » En visant la lune, on retombe parfois au milieu des étoiles.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Julien Veyre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?