Pierre Ferracci, président du Paris FC : « L'innovation dans le sport dérange toujours »

  • Pierre Ferracci, président du Paris FC.
    Pierre Ferracci, président du Paris FC.
Publié le

Selon-vous, pourquoi votre club peut-il être considéré comme un club de Meneurs ? Qu’est-ce qui le rend à la fois unique et innovant ? (quelques exemples d’innovations mis en place)

On l'oublie souvent mais en dehors de la qualité de l'équipe masculine, le Paris FC est le premier club féminin de France. Ligue 1 et Ligue 2 comprises, c'est l'équipe qui consacre la plus grosse partie de son budget à sa section féminine, soit 10%. Notre présence en D1 est historique, d'autant que les Féminines 19 ans aussi sont au niveau national. Ensuite, nous avons réuni à Orly les équipes premières masculine et féminine et le centre de formation. On a développé une mixité visible à l’œil nu. Seule une salle de sport commune sépare les vestiaires hommes et femmes. La barrière entre les deux est très ténue, ils échangent beaucoup sur le football et sur le reste. Au-delà de la formation qui est l'ADN du club, notre socle féminin est très important et nous permet de motiver les hommes à rejoindre la Ligue 1. Ensuite, notre entraîneur des gardiens Mickael Boully est à la pointe de la technologie pour coacher les plus jeunes et les plus anciens. Il utilise de la technologie de haut niveau pour travailler la nuit ou à la tombée de la nuit. Enfin, nous avons la plus forte progression de la Ligue 2 sur les réseaux sociaux depuis deux ans. Nous montons en notoriété grâce à nos performances économiques mais aussi grâce à l'animation marketing.

 

En quoi votre club est un acteur essentiel sur les plans économique, social et sociétal au sein de votre territoire ?

Nous avons investi neuf millions d'euros dans nos infrastructures pour le centre de formation et les équipes premières à Orly ! C'est le terrain sur lequel nous sommes installés depuis presque trois ans. Ce sont de gros investissements, appuyés par la région, la Ville de Paris qui est propriétaire du terrain, et aussi par la Ville d'Orly. Nous rendons aux collectivités ce qu'elles apportent en investissant beaucoup de fonds propres. Pour elles, un club qui se développe sur le plan de la formation et de la mixité, c'est important. Tout le monde le reconnaît, aujourd'hui notre ensemble est extrêmement performant.

 

Comment souhaitez-vous faire grandir votre club dans le futur ? Quelle est votre vision d’avenir ?

Faire grandir le club passe forcément par l'accession à la Ligue 1. Et chez les féminines, une troisième place nous qualifierait en Ligue des Champions. Puis c'est le moteur économique du club que d'avoir un centre de formation toujours plus performant. Ce printemps, chez les 17-18-19 ans garçons, nous avions, après Rennes, le plus de jeunes sélectionnés en équipe de France. Et chez les filles, nous étions devant tout le monde. Tout cela alors que le centre de formation n'est labellisé que depuis juillet 2018. Arsène Wenger m'avait dit de m'appuyer sur la formation si je voulais construire un autre club à Paris car le bassin démographique parisien est le plus important au monde en termes de potentiel footballistique, avec celui de Sao Paulo.

 

Enfin, quelle est votre propre définition d’un meneur ?

C'est celui qui, pour aller de l'avant, n'hésite pas à rompre avec les codes traditionnels et casser les lignes. Le meneur prend des risques et de temps en temps dérange, dans le bon sens du terme, en surprenant. Beaucoup de choses se font comme ça, en prenant le risque de bouger, changer. L'innovation dans le sport comme ailleurs dérange toujours. Quand ça réussit on s'aperçoit que c'était évident.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?