Des Lions brûlés à la chandelle

  • Willie Le Roux à la lutte sous ce ballon aérien face à Robbie Henshaw
    Willie Le Roux à la lutte sous ce ballon aérien face à Robbie Henshaw Focus Images / Icon Sport - Shaun Roy
Publié le , mis à jour

La question technique : les Springboks ont-ils changé leur fusil d’épaule ?

On a assez glosé, la semaine dernière, quant à l’inefficacité du plan de jeu des Springboks, trop confiants en les méthodes qui leur avaient permis d’être champions du monde mais trahis par leurs insuffisances du moment. À savoir, pour résumer, un manque flagrant de "caisse" pour écraser l’adversaire physiquement après l’heure de jeu (étroitement lié à une saison vierge de rugby international en raison du Covid), sans oublier les absences du perce-muraille Duane Vermeulen (blessé) et de "Beast" Mtawarira (retraité). De fait, pour ce deuxième test, la question était la suivante : les Springboks allaient-ils être capables de changer leur fusil d’épaule, face à ce qui semblait être une impasse stratégique ? Eh bien, la réponse fut non. Tout juste le sélectionneur Jacques Nienaber avait-il changé deux hommes, titularisant Steven Kitshoff et Jasper Wiese pour apporter un surplus de puissance frontale. Et c’est tout. Quitte à mourir dès ce deuxième test, les Sud-Africains avaient au moins eu le mérite de choisir de le faire avec leurs idées…

Gonflé ? Peut-être. Reste que la guerre des nerfs stratégique imposée par les Springboks eut malgré tout le mérite de porter ses fruits. D’abord parce que ces derniers se sont montrés globalement irréprochables dans leurs couvertures, à l’image d’un Faf De Klerk qui a parfaitement lu les intentions de Biggar en début de match, dont les petits par-dessus n’ont jamais trompé le demi de mêlée des champions du monde. Ensuite, la mansuétude de l’arbitre Ben O’Keeffe aidant (De Klerk échappant à la 36e à un carton rouge qui semblait tout fait pour un plaquage à la tête sur Murray), les Sud-Africains réussirent alors la gageure de faire sortir les Lions du match, Pollard se chargeant au travers de deux coups de pied tactiques de dérégler l’arrière-garde des Lions (avec un Hogg auteur d’un en-avant coupable, puis trop court pour plaquer) pour envoyer Mapimpi à l’essai (45e).

Des Lions brûlés à la chandelle
Des Lions brûlés à la chandelle Focus Images / Icon Sport - Focus Images / Icon Sport

Des errements au fond du terrain que Faf De Klerk eut à son tour l’intelligence d’exploiter à la 57e, d’un maître coup de pied rasant envoyant Am à l’essai. Deux coups de génie de la charnière qui ont tranché avec le manque d’imagination de Britanniques incapables de proposer quoi que ce soit hormis des quilles stériles de Biggar. Si bien que cette fois-ci, ce sont les Lions qui se sont brûlés à la chandelle, la qualité de leur conquête déclinant au fur et à mesure que le résultat paraissait inéluctable. Un partout, balle au centre… 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?