Saga Pro D2 - Marques, l’âme d’un junior

  • Marques, l’âme d’un junior
    Marques, l’âme d’un junior MAXPPP - BOYER Claude
Publié le

Séduit par le projet carcassonnais, l’ancien palois Samuel Marques souhaite que cette saison soit couronnée de succès. Il a aussi l’ambition de disputer la Coupe du monde avec le Portugal.

Si au sein de l’US Carcassonne, Andreï Ursache revendique dix ans d’ancienneté et près de 190 rencontres avec l’équipe professionnelle, « Sam » Marqués le tout nouveau demi de mêlée peut se flatter de posséder la plus ancienne des titularisations au sein du Pro D2. Sa première feuille de match, le Gersois natif d’Eauze l’a obtenue lorsqu’il était encore espoir à la Section paloise.

Le 21 novembre 2009, « Sam » a fait ses grands débuts en Pro D2 lors de la réception de Lannemezan. Une première titularisation ponctuée par un succès aux dépens de la formation du Plateau (25-12). Au sein de ce second niveau professionnel, celui qui a porté le maillot du Stade toulousain lors de l’exercice 2017, a connu des moments particulièrement grisants dont le titre de champion de France en 2015 avec la Section paloise.

Plus douloureuse est la finale perdue à l’ultime minute, quatre ans plus tard sur la pelouse du Hameau avec le CA Brive face à Bayonne (19-21). Un souvenir amer effacé une semaine plus tard après la victoire à Amédée-Domenech face à Grenoble lors du « access-match ». Des souvenirs, l’armoire de Samuel en est pleine. À 32 ans (33, le 8 décembre prochain), il n’est pas encore rassasié.

Son arrivée au pied de la Cité n’est pas celle d’un préretraité de l’ovale. Au contraire, il a l’âme d’un junior et des envies de « Carcassonne est une ville très accueillante. Étant originaire du Gers, je suis très proche de mes racines familiales. Sur le plan rugbystique, le projet du club est très intéressant. Il a pour ambition de se retrouver dans le Top 6. L’an dernier, l’équipe avait déjà un jeu séduisant. Je n’ai pas hésité une seule seconde à répondre favorablement aux sollicitations de Christian Labit. Il y a un beau défi sportif à relever au sein d’un championnat qui est de plus en plus attractif. Et cela me plaît. »

La Coupe du Monde 2023 avec le Portugal

Samuel n’a jamais connu la moindre sélection chez les Bleuets de France, ce qui est une déception bien légitime. À défaut d’un maillot bleu, il connaît désormais le bonheur de la sélection nationale dans le pays de sa famille d’origine, le Portugal. « Sam » porte le maillot lusitanien et ce avec un certain succès puisque cette dernière est toujours en course pour la qualification à la Coupe du monde 2023.

De plus, après leur large victoire le 17 juillet dernier face à la Russie (49-26) dont dix-sept points inscrits par le demi- de mêlée carcassonnais, les hommes de Patrice Lagisquet sont un peu plus maîtres de leur destin. « Le prochain tournoi B sera décisif. Je ne vous cache pas qu’une qualification à la Coupe du monde, ça serait un moment fort de ma carrière. » 

Entre l’USC et la sélection portugaise, Samuel n’aura pas le temps de gamberger. En attendant le 27 août et la réception de Rouen, le numéro 9 de l’USC affine sa passe et soigne sa botte. Samuel, selon toute vraisemblance sera le buteur numéro un de l’USC. Dans le passé, un demi de mêlée gersois et fin buteur, Paul Barella enchantait Domec. Voilà un autre défi à relever pour Samuel. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?