Lood de Jager : « Le boulot n’est pas fini »

  • Le deuxième ligne sud-africain évoque l'ultime affrontement qui se profile contre les Lions britanniques et irlandais.
    Le deuxième ligne sud-africain évoque l'ultime affrontement qui se profile contre les Lions britanniques et irlandais. PA Images / Icon Sport
Publié le

Auteur d’une entrée en jeu remarquée lors du deuxième test, le colosse des Boks évoque ce dernier test, une vraie finale.

En comparaison avec le premier test, le banc sud-africain a eu un impact énorme lors du deuxième match. Comment l’expliquez-vous ?

En tant qu’avants, nous avons travaillé très dur sur les fondamentaux et notre attitude. Avec six avants sur le banc, nous avons pu maintenir le niveau d’énergie des titulaires, voire de l’augmenter. De toute évidence nous étions très déçus du résultat du premier match, car nous étions tous un peu rouillés. Le deuxième test était l’occasion de montrer ce que l’on valait. On l’a pris de façon personnelle. Et pas que le banc. Toute l’équipe, le staff, etc... On a joué pour nos familles et notre pays qui n’ont pas notre chance. Les avants ont bien relevé ce challenge. On a démarré un peu lentement, mais l’équipe est montée en puissance au fil du match. J’espère que nous développerons cette même énergie ce week-end.

Vous n’avez encaissé qu’un essai en deux tests, c’est une satisfaction ?

Jacques Nienaber est tout simplement un entraîneur de la défense exceptionnel. Il n’est jamais satisfait et s’assure du fait que nous ne le sommes pas non plus. Nous avons été performants en défense donc, mais il y a encore beaucoup de secteurs dans lesquels nous pouvons nous améliorer. Sur l’ensemble du match, certaines choses ont fonctionné et d’autres moins. On veut faire mieux ce week-end.

Le deuxième test parut brutal. En êtes-vous sortis marqués ?

Un peu plus que d’habitude oui, mais c’était dû à l’intensité du match. Les Lions sont une équipe très fière, composée de joueurs de classe mondiale. Mais l’enjeu du match était encore plus grand pour nous car si nous perdions, nous perdions la série.

Que pouvons-nous attendre de ce troisième test ?

Ca va être une finale pour les deux équipes. Nous nous sentons beaucoup plus en confiance grâce à la victoire du dernier test, mais savons également que le boulot n’est pas fini. On doit encore élever notre curseur d’exigence pour obtenir le résultat que l’on veut. Comme je l’ai déjà dit, les Lions sont une sélection de joueurs qui figurent parmi les meilleurs joueurs du monde, donc on devra donner le meilleur de nous-mêmes. Le point positif, c’est qu’on commence à bien les connaître. La victoire est obligatoire pour nous. Nous sommes dans une situation qui rappelle la dernière Coupe du monde. Mais nous aimons être sous pression, on sait qu’on peut s’en sortir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Ken BORLAND, correspondant (avec S.V.)
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?