Nouvelle-Zélande - Australie : mettre fin à 35 ans de disette

  • Les Australiens auront fort à faire : les All Blacks n’ont plus perdu à l'Eden Park depuis le 3 juillet 1994.
    Les Australiens auront fort à faire : les All Blacks n’ont plus perdu à l'Eden Park depuis le 3 juillet 1994. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les Wallabies se préparent à affronter les All Blacks dans leur jardin, à l’Eden Park d’Auckland, où ils n’ont plus gagné depuis 35 ans.

C’est long, 35 ans. Si long qu’aucun des quarante-trois Wallabies retenus pour ce test n’était né lors de la dernière victoire australienne à l’Eden Park (22 à 9). D’autant que ce stade a aussi tendance à galvaniser les All Blacks qui n’y ont plus perdu depuis le 3 juillet 1994 et l’essai du « bout du monde » de Sadourny. Alors, par quel bout prendre cette première manche de la Bledislœ Cup qui échappe aux Australiens depuis 19 ans ?

Déstabiliser les All Blacks

Pour Dan McKellar, l’entraîneur des avants australiens, il faut capitaliser sur la victoire dans la série de tests contre la France : « Il faut bâtir sur la victoire contre une solide équipe de France. Nous avons beaucoup travaillé depuis. Nous savons à quoi nous attendre face à eux – une grosse pression dans les phases de conquête et sur les rucks, une habileté extraordinaire à contre-attaquer sur le moindre ballon récupéré. Il nous faudra donc être très précis en défense. Mais, dans le même temps, on a pu voir, l’an passé, qu’ils restaient humains. Si vous les mettez sous pression, ils montrent des signes d’anxiété. Nous les respectons mais nous mettrons en place ce que nous avons appris face aux Français pour les déstabiliser. »

Justement, contre la France, les avants australiens ont produit de grosses performances, confisquant le ballon pendant de longues périodes sans pouvoir donner des ballons rapides dont raffolent les demis australiens. Du coup les Wallabies n’ont pas vraiment réussi à mettre en place un jeu de ligne efficace, la faute à une trop grande hâte à écarter des ballons sans vraiment mettre la défense adverse sur le reculoir mais aussi à une trop grande imprécision au niveau de la gestuelle avec un trop grand nombre de ballons perdus sur en-avant, mauvais soutien ou jeu au pied imprécis.

La perte rapide des deux ailiers lors du dernier test contre la France, n’a pas aidé. L’un des points positifs pour les Wallabies est que le jeune ouvreur Noah Lolesio a été impeccable dans les moments forts du match. Et l’ajout de Quade Cooper (33 ans, 70 sél) au squad australien pour conseiller les jeunes, et notamment Lolesio, pourrait s’avérer essentiel dans la progression des trois-quarts australiens, notamment Lolesio ou Paisami.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jacques BROQUET
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?