Les Lions maintenus en cage jusqu’au bout

  • Malgré les onze points et le 100 % au pied de Finn Russell, les Lions britanniques et irlandais repartent défaits d’Afrique du Sud.
    Malgré les onze points et le 100 % au pied de Finn Russell, les Lions britanniques et irlandais repartent défaits d’Afrique du Sud. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Défaits face à l’Afrique du Sud (19-16) pour le match décisif de la série, les Lions britanniques repartent du Cap avec un bilan terne et d’éternels regrets.

Les Lions sont finalement tombés. Après deux tournées réussies en Australie et en Nouvelle-Zélande, les hommes de Warren Gatland ont clôturé une tournée entamée le 20 juin par une défaite frustrante face aux Springboks. Avec deux défaites en trois tests, les Britanniques ont brisé une série vieille depuis 2005 : celle de toujours remporter le dernier match de la tournée. Warren Gatland et son staff peuvent tirer beaucoup d’enseignements, au terme d’une série qui aura été toute sauf explosive.

 

Trois tests pour trois guerres de tranchées

 

L’événement de l’année a fait pschiit. Il ne fallait pas espérer des Springboks un jeu flamboyant et portées sur d’éclatantes envolées. Surtout après presque deux ans sans jouer. Mais en face, la présence de noms ronflants comme Finn Russell, Marcus Smith, Robbie Henshaw ou Stuart Hogg émoustillait les suiveurs des Lions. Mais après une préparation ronronnante, les Britanniques n’ont jamais réussi à emballer des rencontres déjà orphelines de public. Comme un symbole, il a fallu attendre la rentrée de Finn Russell lors du troisième test pour entrevoir le potentiel offensif des hommes en rouge. Finalement contrés par la puissance physique des Boks, les Britanniques ont été piégés sur l’une des seules actions d’envergure des Sud-Africains, et l’essai de Cheslin Kolbe. Surnommé le scientifique par Jerry Flannery, son ancien joueur au Munster, Jacques Nienaber a trouvé la bonne formule pour faire déjouer des Lions en manque de fraîcheur.

 

Gatland a restreint ses choix…

 

Ils étaient 40 à embarquer pour le pays arc-en-ciel. Si l’ancien sélectionneur du pays de Galles a donné des minutes à tout son groupe durant les matchs de préparation, la sélection s’est durcie au moment d’aborder les trois tests face aux Springboks. Warren Gatland a d’ailleurs été vivement critiqué pour ne pas avoir suffisamment « régénéré » son effectif. Si le troisème test a été l’exception confirmant la règle, avec six changements, l’ossature des Lions s’est toujours composée autour d’Itoje, Alun Wyn Jonnes, Conan, Biggar, Henshaw et Curry. Le jeune troisième ligne anglais a d’ailleurs franchi un cap face au pack le plus physique du monde.

et n’a pas exploité le potentiel de son groupe

 

Derrière cette colone vertébrale, le salut des Lions est surtout passé par les remplaçants. Lors du deuxième test, Owen Farrell a donné la victoire aux siens d’une pénalité lointaine alors que Mako Vunipola a réalisé une tournée exemplaire, malgré un « frustrant » statut de second couteau. Pour le match décisif, Finn Russell, qui n’était pas programmé pour rentrer à la 11e minute, a instinctivement illuminé le jeu des Britanniques. Jeu au pied, passes après contact, prises d’initiatives en attaque… l’Écossais a sonné la charge pour des Lions insipides lors du deuxième test. Son envie de jouer a d’ailleurs été récompensée par Alun Wyn Jones à la 18e minute. À quarante mètres face aux perches, le capitaine gallois a ordonné une surprenante pénaltouche conclue d’un essai de Ken Owens. Mais certains sont repartis du Cap sans la moindre minute disputée. Le surpuissant Falateau, le créatif Marcus Smith ou l’impressionnant Sam Simmonds font partie des 9 joueurs non-capés des trois tests. En manque criant d’inspiration sur la majorité de la série, le réservoir profond des Lions aurait pu profité à des profils plus jeunes, plus frais, voire plus décisifs. Les Boks étaient attendus et ont montré leurs forces, les Britanniques rejoignent le Vieux Continent avec sans doute plus de regrets.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?