Pézenas : confiance à la filière locale

  • Les Piscénois, avec à la manœuvre le capitaine Mehdi Kadous, aspirent à accéder à l’échelon supérieur.
    Les Piscénois, avec à la manœuvre le capitaine Mehdi Kadous, aspirent à accéder à l’échelon supérieur. Photo Robert Rivière
Publié le

Le Stade piscénois a pour projet d’accéder à la Fédérale 2 en jouant la carte de la formation locale.

Marcel Pagnol avait eu cette citation très élogieuse à l’encontre de Pézenas. « Le Languedoc est un œuf dont Pézenas est le jaune. » On ne sait pas si l’homme de lettres et de théâtre provençal aimait le rugby, toujours est-il que le Stade piscénois demeure une place forte et historique du rugby de l’ancien comité du Languedoc même si, à ce jour, il évolue au sein du troisième échelon fédéral.

Après un siècle d’histoire, nombreuses sont les personnalités à avoir porté la tunique violette. Il est impossible d’en dresser la liste, mais par respect du devoir de mémoire citons Louis Vacassy, les glorieux biterrois « Papy » Fort, Michel Fabre, Elie Vaquerin, André Gayraud. Plus près de nous, Marc Llari qui a eu la particularité d’être sacré champion de France de Fédérale 2 en 1996 en occupant à la fois, le poste de président et celui de joueur de devoir en deuxième ligne.

Marc Llari est revenu aux affaires présidentielles, la saison écoulée. Il a remis de l’ordre au sein de la structure tant sur le plan financier que sportif. Après, une saison blanche, le Stade est désormais prêt pour jouer un rôle intéressant au sein du prochain championnat de Fédérale 3.

« Malheureusement, l’an dernier, la saison a été prématurément arrêtée. On ne sait pas ce que nous aurions pu faire sur le plan sportif. Cette année, au sein du groupe senior, on repart sur de nouvelles bases. À ce jour, nous avons constitué un groupe seniors performant. Nous avons les moyens d’avoir deux équipes de qualité. Pour moi, la place du Stade piscénois est en Fédérale 2. Notre objectif c’est d’accéder à ce niveau de compétition », déclare le président.

« Les fruits du pôle espoirs »

Les propos de Marc Llari ne sont pas du tout dans les paroles en l’air. Il y a deux saisons en arrière, le Stade a connu des difficultés financières. En revanche, la structure était saine concernant le nombre de licenciés plus précisément au sein de la relève. Elle doit cette stabilité à la mise en place en 2013 d’un pôle espoirs concernant la formation cadets et juniors en collaboration avec le club voisin de Bédarieux.

Cette structure créée par le duo Astruc-Cancel s’est avérée être un excellent placement avec la conquête en 2016 du titre Languedoc-Roussillon en Phliponeau et d’une place dans le dernier carré national. À cette époque, les dirigeants piscénois avaient même engagé deux équipes juniors qui ont par la suite alimenté le groupe seniors. 

« En ce moment, nous récoltons les fruits du pôle espoirs, fait remarquer Jacques Cancel. Pour la saison prochaine, nous aurons dix anciens juniors qui vont évoluer au sein de l’équipe fanion. Nous sommes d’autant plus fiers puisqu’ils sont tous originaires de Pézenas. Au sein de ce pôle formation, cinq ont rejoint les espoirs biterrois. En ce moment, on reste fidèle à la carte de la relève en alignant deux équipes juniors possédant l’estampille piscénoise. Pour l’avenir et pendant quelques années, nous n’avons pas de souci à nous faire. »

Heureux comme le Stade de posséder un jardin fertile, il peut envisager l’accession en Fédérale 2, l’année où il vient de souffler sa centième bougie.

Date de création : 1921

Nombre de licenciés : 357

Plus haut niveau atteint : Première Division

Palmarès : champion de France Honneur (1956), Deuxième Division Fédérale 2 (1996), junior Crabos (1986), champion du Languedoc Honneur (2005), Coupe du Languedoc (2005), demi-finaliste Première Division (1932)

Budget : 200 000 euros

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?